•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec généralise le port du masque et de la protection oculaire dans la santé

La plupart des intervenants de la santé et proches aidants doivent dorénavant se protéger la bouche, le nez et les yeux.

Un médecin effectue un test de dépistage de la COVID-19.

Le masque et la visière sont la nouvelle norme dans le réseau de la santé.

Photo : Reuters / Patrick Doyle

Une nouvelle directive du ministère de la Santé vient renforcer la protection des dizaines de milliers de travailleurs et proches aidants en centres hospitaliers, en CHSLD, en résidences ou en ressources intermédiaires et familiales.

À l'exception des zones froides à l'extérieur de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la règle devient la même partout et pour tous : porter un masque médical (de procédure) et une protection oculaire (lunette de protection ou visière) pour ne pas attraper ou propager la COVID-19.

Dans une lettre adressée le 25 mai aux directeurs du réseau de la santé, le sous-ministre demande que ces mesures de protection soient mises en place « dès l'entrée du bâtiment ».

Sont concernés les milieux de soins suivants :

  • centres hospitaliers
  • centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD)
  • résidences privées pour aînés (RPA)
  • ressources intermédiaires (RI)
  • ressources de type familiale (RTF)

Dans la CMM, l'obligation s'applique autant aux zones chaudes qu'aux zones tampons et qu'aux zones froides. Dans le reste du Québec, les zones chaudes et les zones tampons devront suivre la même directive. Seules les zones froides hors CMM pourront se limiter au masque médical.

Dans la CMM, le personnel administratif devra aussi porter ces protections, sauf à l'intérieur de ses bureaux.

Cette nouvelle directive vient remplacer celle du 13 mai qui imposait le port du masque et de la visière uniquement dans les centres hospitaliers du Grand Montréal.

Les recommandations concernant le port du masque N95 ne changent pas. Il doit être porté lorsque le personnel de santé traite des patients en soins intensifs et pour toute intervention générant des aérosols.

Au Québec, plus de 5000 travailleurs de la santé ont attrapé la COVID-19, principalement à Montréal.

De nombreuses éclosions sont survenues dans les zones froides des hôpitaux et même dans des établissements qui n'étaient pas censés recevoir des personnes infectées par le coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Santé