•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Medicom installe son usine de masques N95 à Saint-Laurent

Des masques de protection sur la ligne de montage dans une usine.

L'enjeu des masques de protection est devenu criant avec la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L’usine de masques de protection de Medicom, dont la construction sur le territoire montréalais avait été annoncée en avril dernier, sera finalement située dans l'arrondissement de Saint-Laurent, a appris Radio-Canada. Plus de 40 millions de masques y seront fabriqués chaque année.

Un texte de Daniel Boily et de Florian Cruzille

La chaîne de production est aménagée dans un immeuble loué à proximité de l’autoroute 40. Il s’agit de la première usine du genre au Canada. L'arrondissement de Saint-Laurent confirme avoir délivré le 14 mai dernier les permis nécessaires.

Guillaume Laverdure, président et chef de l’exploitation à l’échelle mondiale de Medicom, dans son usine.

Guillaume Laverdure, président et chef de l’exploitation à l’échelle mondiale de Medicom

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le président et chef de l’exploitation à l’échelle mondiale de Medicom, Guillaume Laverdure, affirme que les travaux vont bon train. La mise aux normes de l’usine est en plein progrès. Les premières machines sont arrivées, explique-t-il.

Une entente de 10 ans avec le gouvernement fédéral prévoit la production annuelle de 20 millions de masques N95 et de 24 millions de masques chirurgicaux de niveau 3. À l’heure actuelle, la majorité de ces masques sont importés d’Asie. En raison de la pandémie de COVID-19, leur production est devenue ces derniers mois un enjeu stratégique national.

M. Laverdure a bon espoir de pouvoir lancer la production canadienne dès le mois de juillet. Dans un projet de construction d’une usine en trois mois, il y a toujours des imprévus. Mais à date, tous les imprévus sont sous contrôle, affirme-t-il. Jusqu’au jour du démarrage, on est toujours à la merci de surprises. Mais on travaille fort pour qu’il n’y en ait pas.

Les ingénieurs de SNC-Lavalin collaborent à l’aménagement d'un emplacement d’une superficie de 60 000 pieds carrés. Pour respecter l’échéance serrée, Medicom a recours à des mesures exceptionnelles, comme faire venir de l’équipement par avion, explique Guillaume Laverdure. Bien que ces mesures coûtent beaucoup plus cher, elles permettent de réduire le délai, ajoute-t-il.

Intérieur d'une usine de production de masques de protection médicale.

24 millions de masques chirurgicaux de niveau 3 seront produits chaque année à l'usine.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L’entreprise basée à Montréal bénéficie d’un prêt de 4 millions de dollars, octroyé par Investissement Québec « pour accélérer » la construction de l’usine.

Ces dernières semaines, les premiers ministres fédéral et provincial ont maintes fois exprimé leurs inquiétudes de pouvoir se procurer du matériel de protection, que ce soit des masques, des gants et des blouses. Sans compter les offres de certains fournisseurs opportunistes. C’est vrai que, sur le marché, il y a des gens qui s’improvisent, constate M. Laverdure. Nous, on fait des masques depuis 30 ans, toute l’année [...] on est habitués d’avoir des contrôles de qualité et des normes de production très strictes en permanence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé

Santé