•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oui aux ventilateurs dans les écoles, mais sous plusieurs conditions

Un ventilateurs avec deux livres et un sac à dos en arrière plan.

Les ventilateurs seront permis dans les écoles de la grande région de Québec à certaines conditions.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Bien qu’il soit plausible que les ventilateurs permettent une transmission accrue de la COVID-19, leur utilisation demeure permise, sous conditions, dans plusieurs commissions scolaires de la région de Québec.

Cette décision est principalement basée sur ce que recommande l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dans un document publié le 7 mai.

À la lumière des informations disponibles, il semble plausible que des ventilateurs sur pied, au même titre que d’autres appareils s’y apparentant, puissent contribuer à la dispersion de gouttelettes contenant du SARS-CoV-2. [...] Le ventilateur sur pied devrait donc être utilisé avec précaution.

La Commission scolaire de la Capitale a donc décidé de permettre l’utilisation des ventilateurs dans les salles de classe pendant cette première vague de chaleur printanière.

On demande toutefois aux enseignants de privilégier l’utilisation de la ventilation naturelle lorsque possible, en ouvrant les fenêtres par exemple.

Concrètement, nous recommandons d’utiliser les ventilateurs sur pied en mode fixe (non rotatif) afin que le jet d’air créé soit dirigé vers des couloirs (espaces) non utilisés par des élèves ou membres du personnel, précise par courriel Véronique Gingras, conseillère en communication de la commission scolaire.

Dans ces conditions, elle estime que le ventilateur permet de générer un mouvement d’air dans le local tout en respectant le principe de précaution recommandé par l’INSPQ, en évitant notamment de projeter de l’air directement au visage des élèves et des enseignants.

Des recommandations en tous points semblables ont aussi été acheminées aux directions d’écoles par la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin. On précise notamment l’interdiction formelle d’utiliser un ventilateur si une personne présente des symptômes pouvant s’apparenter à ceux de la COVID-19.

Faux sentiment de protection

Bien qu’un ventilateur amène une certaine sensation de fraîcheur par temps chaud, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) souligne que ces appareils ne permettent pas de réduire les risques de coups de chaleur.

Les ventilateurs peuvent même accélérer la déshydratation lorsque la température est trop élevée.

La règle numéro un, c'est l'hydratation, boire de l'eau de manière fréquente même si on n'a pas soif, rappelle Maxime Boucher, porte-parole de la CNESST.

Il précise que certains employeurs devront peut-être fournir des bouteilles d’eau à leurs employés puisque l’utilisation des fontaines n’est pas permise en raison de la pandémie.

Les fontaines où il est possible de remplir des bouteilles réutilisables sont aussi une bonne solution.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus