•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première pelletée de terre pour l’agrandissement de l’école de Listuguj

Une dame creuse dans le gazon avec une pelle, entourée de quatre personnes qui se tiennent éloignées les unes des autres.

La première pelletée de terre symbolique a eu lieu derrière l'école, mardi matin, en mode distanciation physique.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les travaux d'agrandissement à l'école Aleqsite'w Gitpu, à Listuguj, seront lancés en juin. La première pelletée de terre symbolique a eu lieu mardi matin, avec l’espoir de sauvegarder la langue micmaque.

La concrétisation de ce projet, évalué à plus de 9 millions de dollars, était attendue depuis près de 20 ans dans la communauté de Listuguj.

C’est excitant et ça fait longtemps qu’on l’attendait, explique le directeur de l’école, Jeff Grass. Seulement quatre ans après la construction, on a commencé le travail pour réaliser un agrandissement parce qu’on voyait les chiffres de fréquentation qui ne cessaient d’augmenter.

Rendu visuel de l'agrandissement de l'école.

Voici le plan d'agrandissement de l'école. À gauche, on reconnaît la cafétéria, au centre, la salle de cérémonies traditionnelles, et les salles de classe à droite. La partie existante du bâtiment se trouve à l'extrême gauche de l'image.

Photo : Pierre Bourdages Architecte/CCM2 Architectes

En plus de l’agrandissement du gymnase actuel, une toute nouvelle section sera construite pour accueillir sept locaux, dont quatre salles de classe destinées au programme d’immersion micmaque et un local de musique, une cafétéria, de même qu’un emplacement destiné aux cérémonies traditionnelles micmaques.

Des gens autour d'un foyer en forme de tipi.

Des rituels traditionnels comme la fumigation d'herbes médicinales pourront se tenir dans un espace réservé aux cérémonies.

Photo : Pierre Bourdages Architecte/CCM2 Architectes

Les travaux menés par l’entreprise nouvelloise Construction Michel Maltais commenceront en juin et devraient durer un an et demi. L'école pourra alors accueillir 400 enfants, soit l’achalandage attendu d'ici 10 ans. Moins de 200 enfants la fréquentaient lors de son ouverture en 1997.

Services aux Autochtones Canada a versé 8,6 millions de dollars pour la réalisation des travaux.

Rendu visuel de la future cafétéria de l'école de Listuguj.

La future cafétéria de l'école de Listuguj.

Photo : Pierre Bourdages Architecte/CCM2 Architectes

Une aile pour l’immersion micmaque

Les travaux d’agrandissement incluent la construction d'une aile destinée aux élèves inscrits au programme d’immersion en langue micmaque.

Des enfants lisent un livre écrit en micmac.

L'éducation en micmac est offerte de la prématernelle à la 4e année du primaire à l'école Aleqsite'w Gitpu.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Depuis la rentrée 2016, les enfants inscrits au programme d'immersion fréquentaient des classes aménagées à l’extérieur de l’école, dans les bureaux du Complexe de l'éducation de Listuguj, faute d’espace, mais également dans le but de limiter leur exposition à l’anglais. Les élèves devaient toutefois prendre l’autobus pour se rendre au gymnase ou accéder à des services seulement offerts entre les murs de l’école.

La construction de cette nouvelle aile réjouit Madelaine Metallic, enseignante en immersion micmaque, ayant elle-même fréquenté l’école Aleqsite’w Gitpu.

Tous les enfants en immersion seront ensemble, explique-t-elle. Nous allons pouvoir renforcer l’apprentissage de la langue, même dans les corridors, ça sera vraiment excitant à voir. Et tout le monde sera juste à côté de la salle de cérémonie. Ça nous donne l’occasion et les outils pour enseigner d’une façon plus autochtone.

Toutes les ressources seront là! C’est vraiment merveilleux d’avoir cette liberté d’apprendre notre langue et notre culture de la façon que nous le voulons en tant que Micmacs.

Madelaine Metallic, enseignante en immersion micmaque
Madelaine Metallic fait face à un élève, avec un bâton de sauge qui brûle dans les mains.

À travers le processus de purification, Madelaine Metallic transmet des notions liées aux plantes médicinales et à l'importance de celles-ci dans la culture autochtone. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

On pourra préserver et protéger la langue, ajoute le directeur Jeff Grass, et permettre aux enfants de réellement vivre l’immersion tout en ayant accès au reste de l’école. Ils pourront avoir accès à tous les services professionnels, à la cafétéria et au gymnase tout en ayant leur petit nid.

Le coordonnateur à la retraite des ressources linguistiques de Listuguj, Joe Wilmot, a profité de la première pelletée de terre pour rappeler que la langue micmaque est en péril, avec seulement 4 % de locuteurs dans la communauté de Listuguj, la plupart ayant au moins 60 ans. Pour lui, la construction d’une aile destinée à l’enseignement du micmac constitue une étape importante.

Ça nous donne la chance, collectivement, d’éviter que notre langue disparaisse. Si nous perdons notre langue, nous ne sommes plus nous-mêmes. Sans langue, il n’y a pas de culture.

Joe Wilmot, ex-coordonnateur des ressources linguistiques
Joe Wilmot derrière un lutrin.

Joe Wilmot a pris la parole mardi matin lors de la cérémonie de la première pelletée de terre.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le chef Darcy Gray est aussi de cet avis. Ce qu’on entend aujourd'hui, dit-il, c'est l'espoir. L'espoir pour le futur de la langue micmaque, ça, c'est essentiel pour nous. Ça donne une place où ça prend vie, la chance d'aller de l'avant comme on veut.

Une scolarité complète dans la communauté

La directrice de l’éducation du Centre de développement de Listuguj, Lorna Sook, estime que le travail est toutefois loin d’être terminé, car elle souhaite que Listuguj puisse offrir une scolarité complète sur son territoire et que celle-ci soit offerte entièrement en micmac.

L'école Alaqsite'w Gitpu, à Listuguj, a ouvert ses portes en 1997.

L'école Alaqsite'w Gitpu, à Listuguj, a ouvert ses portes en 1997. Elle offre des programmes d'immersion en français et en micmac et un cheminement normal en anglais.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Nos programmes d’immersion micmaque vont de la prématernelle à la 4e année, explique Mme Sook, mais nous avons besoin d’aller jusqu’en 12e année [NDRL équivaut à la 5e année du secondaire]. C’est une composante importante de la sauvegarde de notre langue, et nous avons certainement besoin d’espace et d’une école d’immersion complète pour le faire.

C'est la seule façon que notre langue peut survivre, affirme Joe Wilmot, en ajoutant qu'il faudrait même que Listuguj soit en mesure d'offrir de l'enseignement postsecondaire en micmac sur son territoire.

Actuellement, tous les élèves de Listuguj terminent les trois dernières années de leur éducation à l’extérieur de la communauté, car l’école Aleqsite’w Gitpu offre une scolarité jusqu’en 8e année, soit l’équivalent du 2e secondaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Autochtones