•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PLQ propose l'imposition formelle de ratios dans les hôpitaux et les CHSLD

La CAQ croit pour sa part qu'il faut d'abord s'attaquer au problème de pénurie de main-d'œuvre.

Les deux élus marchant dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

Comme plusieurs autres parlementaires, Dominique Anglade et André Fortin ont adopté le port du masque à l'Assemblée nationale.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Un projet de loi a été déposé à l'Assemblée nationale mardi pour limiter le nombre de patients par travailleur dans les hôpitaux et les CHSLD. Mais il est peu probable qu'il soit étudié, si l'on en croit la réaction du gouvernement Legault.

L'absence de ratios existait bien avant que la pandémie de COVID-19 ne frappe, mais celle-ci a mis en évidence l'urgence d'agir, a expliqué en substance la nouvelle cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, mardi matin, devant la presse parlementaire.

On voit que tous les problèmes qui avaient été identifiés ont été exacerbés [...] au point où, dans certains cas, on s'est retrouvés avec un préposé aux bénéficiaires pour 150, 160, 170 patients à l'intérieur même de nos CHSLD.

Dominique Anglade, cheffe de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale

Le PLQ propose donc au Parlement d'adopter un projet de loi qui imposerait à certains établissements de santé l'obligation de respecter un seuil limite de bénéficiaires pour chaque soignant, car il estime qu'une amélioration des ratios se traduira par une meilleure garantie de soins et une rétention plus efficace du personnel.

Plus précisément, l'opposition officielle suggère de déterminer un nombre maximal de patients par infirmier, infirmier auxiliaire et préposé aux bénéficiaires dans certains départements hospitaliers (chirurgie, médecine générale, médecine spécialisée, médecine d'urgence, etc.) ainsi que dans les CHSLD.

Le projet de loi, qui tient sur quelques pages, ne détermine aucun ratio proprement dit; il prévoit plutôt la formation d'un comité consultatif chargé de faire des recommandations à ce sujet.

Mme Anglade filmée par un caméraman masqué.

Dominique Anglade a été couronnée à la tête du PLQ il y a deux semaines.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Quelque 17 projets pilotes de ratios ont été menés sous l'ancien gouvernement libéral de Philippe Couillard, et ils ont donné des résultats probants, a souligné Dominique Anglade, mardi. Lesdits projets prévoyaient par exemple la présence dans les CHSLD d'un employé pour 20 résidents pendant la journée, et d'un employé pour 37 résidents pendant la nuit.

Résultats : les employés étaient plus satisfaits; l'absentéisme était en baisse; la profession était perçue comme plus attrayante; les patients recevaient de meilleurs soins; les malades prenaient moins de médicaments; et les chutes de résidents étaient moins fréquentes, a fait valoir la cheffe libérale.

La CAQ méfiante

Si le dépôt du projet de loi a été adopté à l'unanimité par les leaders parlementaires, mardi après-midi, le gouvernement Legault n'a pas montré grand intérêt à le faire cheminer dans les instances parlementaires.

Interrogé à ce sujet par Mme Anglade dès le début de la période des questions, le premier ministre a estimé que le respect des ratios proposés par l'opposition officielle pourrait représenter l'embauche de 20 000 personnes de plus pour œuvrer dans le réseau de la santé, alors que celui-ci doit déjà composer avec l'absence de 10 000 travailleurs.

Il faut trouver 10 000 personnes. 10 000 personnes! Donc, j'aimerais [plutôt] que la cheffe de l'opposition officielle me donne une suggestion pour comment on trouve ces 10 000 personnes pour travailler dans nos CHSLD.

François Legault, premier ministre du Québec

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, ne s'est pas montrée beaucoup plus disposée à implanter des ratios de manière formelle dans les hôpitaux et les CHLSD.

Questionnée sur le sujet par l'auteur du projet de loi, André Fortin, Mme McCann a notamment rappelé que le gouvernement négocie actuellement avec les syndicats du secteur public pour améliorer spécifiquement la rémunération des préposés aux bénéficiaires. Ça, ça va attirer des gens, a-t-elle plaidé.

Mme McCann prenant la parle au Salon bleu.

Danielle McCann était parmi les quelques députés à siéger physiquement à l'Assemblée nationale, mardi.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Dominique Anglade demeure néanmoins persuadée que les ratios de patients dans les hôpitaux et les CHSLD devraient être régis par une loi, et ce, même si cette question fait également l'objet de pourparlers entre Québec et les centrales syndicales.

Le problème, c'est que, s'il n'y a pas d'encadrement, ça pourrait être laissé à différents organismes ou à différents CHSLD de décider de la manière dont ils vont appliquer les ratios, a-t-elle expliqué. Ce qu'on souhaite, c'est une uniformité par rapport à ça.

Interrogée sur l'imputabilité du PLQ par rapport à la crise actuelle dans les CHSLD, où le nouveau coronavirus fait des ravages, Dominique Anglade a rappelé en matinée que sa formation prenait sa part de responsabilité, plaidant du même souffle qu'il lui incombait maintenant, à titre de cheffe nouvellement élue, de regarder vers l'avenir.

Je pense que c'est la bonne chose de reconnaître qu'on a tous notre part de responsabilité, [mais] la véritable question, c'est : "Quel genre de société est-ce qu'on veut bâtir demain?", a-t-elle soulevé, se disant convaincue qu'il sera possible de faire avancer les choses, même s'il ne reste que trois semaines à la session parlementaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !