•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frontière canado-américaine : qui sont les voyageurs autorisés à traverser?

Un camion sur le pont Blue Water, entre Port Huron, au Michigan, et Sarnia, en Ontario.

Qui peut traverser la frontière canado-américaine depuis sa fermeture?

Photo : La Presse canadienne / Paul Sancya

Thilelli Chouikrat

La frontière canado-américaine est fermée jusqu'au 21 juin à tous les passages non essentiels. Ces restrictions n'empêchent pas les déplacements quotidiens de nombreuses personnes entre les États-Unis et le Canada. Qui sont ces voyageurs qui profitent d'exceptions à cette entente? Radio-Canada s'est penchée sur la question.

Seuls les travailleurs dits essentiels sont admis à la douane. Pourtant, cette expression ne se limite pas aux métiers de camionneur et travailleur de santé.

En fait, la décision d'autoriser quelqu'un à traverser est à la complète discrétion des agents transfrontaliers.

Allan Djordjevic, un habitant de Windsor, traverse la frontière environ une fois par semaine pour rencontrer des clients aux États-Unis.

Pourtant, il n'est ni camionneur ni personnel de santé. Il est architecte, employé par un cabinet américain, et construit des maisons pour particuliers.

Un homme souriant devant une rue ensoleillée.

Allan Djordjevic, résident de Windsor et architecte au Michigan

Photo : Radio-Canada / Thilelli Chouikrat

Les douaniers américains demandent pourquoi je viens, quel est mon métier, je leur dis que je viens pour travailler, que je suis architecte, et ils me laissent entrer, explique-t-il.

L’entrée aux États-Unis est actuellement limitée aux voyages essentiels. Une liste générique a été établie par le pays, mais elle n’est pas exhaustive.

La note précise que les voyages essentiels incluent notamment les personnes qui voyagent pour travailler aux États-Unis, une précision qui permet aux travailleurs comme Allan Djordjevic de continuer à traverser la frontière.

J’imagine que ça dépend de la façon dont la personne se présente à la frontière, explique Laurie Tannous, conseillère au Cross-Border Institute de l'Université de Windsor. [Au sujet des architectes], s’ils expliquent qu’ils travaillent sur un chantier en cours [...] et qu’il faut qu’ils traversent pour finir la construction, alors ils pourront entrer, précise-t-elle.

Si on sait que les médecins et camionneurs peuvent entrer aux États-Unis, c’est parce qu’ils sont explicitement mentionnés dans la liste que [le pays] a publiée. Mais il est précisé que les autorisations ne se limitent pas à ces professions, explique Nathan Peters, chargé de communications du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis.

La liste en question permet, par exemple, l’entrée sur le territoire américain aux personnes qui voyagent pour fréquenter des établissements d'enseignement.

Seuls les voyages touristiques sont considérés comme un motif non valable.

En dernier recours, ce sera à l'agent frontalier de décider si le motif d'entrée est essentiel ou pas.

Nathan Peters, chargé de communications du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis

Pour reprendre l’exemple d’un architecte, il pourrait donc revenir un autre jour et se voir refuser l’entrée aux États-Unis, parce qu’il n’aura pas pu convaincre le douanier, avance Mme Tannous.

Des couples séparés

Au Canada aussi, l’appréciation du caractère essentiel d'une activité pourra se faire à la discrétion du douanier.

L’Agence des services frontaliers du Canada précise par ailleurs qu’il n’y a pas de liste exhaustive des métiers qui permettent aux gens d'entrer au pays parce que le motif de chaque travailleur peut être bien différent d’un voyageur à l’autre, même s’ils ont le même métier.

D’autre part, les travailleurs essentiels n’ont pas l’obligation de se placer en auto-isolement à leur retour au Canada, à moins de présenter des symptômes ou d’avoir été en contact avec une personne infectée par le virus.

Le Canada a lui aussi établi une liste de motifs qui permettent l'entrée sur le territoire, dont celui de réunir les membres de la famille immédiate.

Pourtant, plusieurs couples n'ont pas pu se retrouver depuis la fermeture de la frontière, et sont, depuis le mois de mars, en attente de clarifications quant à leur situation.

En dépit du caractère non exhaustif des voyages jugés essentiels, les passages à la frontière terrestre ont baissé de 88 % entre le 11 et le 17 mai, en comparaison à la même période l’année dernière, selon l’Agence des services frontaliers du Canada.

Toutefois, le trafic pourrait à nouveau augmenter à mesure que les différents secteurs d’activité vont reprendre leur production.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Politique internationale