•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux partis majeurs de la Saskatchewan n’auront pas recours à la PCU

Ryan Meili serre la main d'un homme pendant que derrière eux des gens applaudissent debout sur une scène.

Le chef du Nouveau Parti démocratique en Saskatchewan, Ryan Meili, lors du congrès annuel de son parti (archives).

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Alors que les trois grands partis fédéraux - le Parti libéral, le Parti conservateur et le Nouveau Parti démocratique (NDP) - vont avoir recours à la Prestation canadienne d’urgence pour payer leurs employés, le Parti saskatchewanais et le NPD de la Saskatchewan ont dit qu'ils ne demanderaient pas la subvention.

Au fédéral, les libéraux, les conservateurs et les néo-démocrates emploient environ 200 travailleurs et pourraient obtenir, collectivement, 700 000 $ d'Ottawa pour les aider à payer leurs salaires.

Les partis provinciaux emploient bien moins de personnes que leurs homologues fédéraux. Du côté du Nouveau parti démocratique en Saskatchewan, le directeur général de la formation politique John Tzupa affirme ne pas avoir soumis de demande pour l’obtention de la PCU pour le moment.

M. Tzupa explique que le NPD en Saskatchewan a mis en pause ses efforts de collecte de fonds et a reporté tous les événements à partir de la mi-mars pendant environ six semaines. Ce lundi, le parti doit par ailleurs procéder à la nomination virtuelle de cinq candidats en vue des prochaines élections provinciales. Il s'agira de sa première sélection de candidats nécessitant la distanciation physique.

La demande des partis fédéraux sous le feu des critiques

Du côté des partis fédéraux, la demande de subvention d’urgence pousse à la critique de certains acteurs du monde politique, à commencer par le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

Selon M. Blanchet, il est absolument inacceptable que des partis comme les libéraux et les conservateurs utilisent un programme initialement destiné à aider les petites et moyennes entreprises à faire face à la pandémie de COVID-19.

Bien que les dons aient diminué, M. Blanchet, dont le parti ne demandera pas la PCU, affirme que les deux plus grands partis canadiens avaient tout de même réussi à récolter des millions de dollars en dons au début de l'année.

Les libéraux, les conservateurs et les néo-démocrates ont collectivement engrangé environ 7,7 millions de dollars au cours du premier trimestre de 2020.

Deux candidats qui briguent la tête du Parti conservateur ont aussi vivement critiqué les actes des trois partis majeurs fédéraux.

Selon l’ancien ministre du gouvernement Harper, Peter McKay, nous ne devrions pas être renfloués par l'argent des contribuables alors que des millions de chômeurs et de petites entreprises luttent pour rester à flot.

Erin O’Toole, de son côté, a affirmé qu’il ordonnerait à son parti de rembourser les fonds obtenus grâce à la PCU s’il était élu à la tête de la formation politique.

Enfin, le premier ministre Justin Trudeau a pour sa part défendu la position de son parti, déclarant que le gouvernement doit être en mesure de soutenir les Canadiens, quelle que soit l'organisation ou la société pour laquelle ils travaillent.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Politique provinciale