•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurants de Calgary prolongent leur fermeture

Une serveuse avec un masque sert des clients sur une terrasse du centre-ville de Calgary. Il y a 7 clients qui profitent du temps plus chaud.

Le pub irlandais James Joyce à Calgary est ouvert depuis le 25 mai.

Photo : Radio-Canada / Louise Moquin

Charlotte Dumoulin

Une dizaine de jours après toutes les autres villes en Alberta, Calgary et Brooks entrent officiellement lundi dans la phase 1 du déconfinement. Malgré les restrictions qui y sont désormais levées pour les restaurants, les cafés et les salons de coiffure, beaucoup de commerces jouent encore la prudence.

Un nombre de cas actifs plus élevé à Calgary et à Brooks a fait en sorte que leurs restaurants n'ont pas pu rouvrir le 14 mai comme les autres villes.

Olivier Reynaud, propriétaire du restaurant Rouge, à Calgary, n’a cependant pas souffert de ce retard, et a mêm décidé de le prolonger jusqu’à vendredi.

Il lui faut plus de temps encore pour se préparer : Rouvrir, c'est un bien grand mot. On a la place, ce n'est pas cela, le problème. Le problème, c’est qu’il nous faut du temps pour préparer le menu et commander les aliments.

On ne sait pas combien [d’employés] on doit faire venir, combien de clients nous allons avoir. On part dans l’inconnu.

Olivier Reynaud, propriétaire du restaurant Rouge
Grande bâtisse historique de couleur rouge entourée d'arbres et arbustes. Il y a une grande enseigne devant la maison. Il est écrit Rouge.

Le restaurant Rouge à Inglewood a été primé 16 fois depuis 2007.

Photo : Radio-Canada / Louise Moquin

Leslie Echino, propriétaire de trois restaurants à Calgary, prévoit de rouvrir seulement la terrasse du Annabelle dans une semaine.

Avec les règles sanitaires qui obligent les restaurants à n'ouvrir qu'à 50 % de leur capacité, son espace extérieur lui permettra d'accueillir 30 clients. Maintenant, on ne fait que prier pour un beau printemps chaud avec peu de pluie, lance la propriétaire en riant.

C'est effectivement ce dont elle aura besoin pour rentabiliser ses dépenses supplémentaires. La femme d'affaires doit embaucher plus d'employés pour s'ajuster à une série de restrictions sanitaires du gouvernement et débourser 3000  $ pour du nouveau matériel, comme des masques et une machine pour plastifier les menus.

De peur que les mesures sanitaires ne détruisent l'ambiance de son restaurant, le bistro Cassis, Gilles Brassart attendra le 17 juin avant de rappeler ses cuisiniers.

D'ici là, j'espère que les limites auront diminué et qu'on sera plus en phase deux. Donc, le masque et le gant auront peut-être disparu, confie le propriétaire.


À Calgary, le choix des gastronomes impatients de retourner dans les restaurants sera donc encore limité dans les prochaines semaines, car, même si leurs revenus ont chuté de manière considérable et que la métropole albertaine comptait dimanche moins de 650 cas actifs, les restaurateurs préfèrent prendre leur temps.

Avec des informations de Fuat Seker

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Restaurants