•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une manifestation à la frontière d'Edmundston se prépare

Point de contrôle à Edmundston à la frontière québécoise

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Radio-Canada

Un groupe Facebook intitulé Marche de solidarité Inter-Provinciale (Sécuritaire) organise une manifestation à la frontière d’Edmundston le 31 mai prochain. Pendant ce temps, le maire de la municipalité appelle au calme.

Beaucoup d’entre nous sommes [sic] privés de voir notre famille et plusieurs doivent aussi se déplacer sur de longues distances pour faire l’achat de biens essentiels, peut-on lire sur la page créée jeudi dernier.

La marche est décrite comme un mouvement de solidarité entre deux provinces voisines.

Ses organisateurs disent s’être inspirés de la manifestation de plus de 400 personnes sur le pont qui relie Pointe-à-la-Croix, au Québec, et Campbellton, au Nouveau-Brunswick, le 18 mai dernier.

Les manifestants de Campbellton et de Pointe-à-la-Croix avaient alors voulu démontrer la nécessité d’une libre circulation des résidents de cette grande région économique.

Des manifestants sur le pont de Campbellton.

La manifestation du 18 mai sur le pont interprovincial reliant le Nouveau-Brunswick à la Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Des avis qui diffèrent

Après cette démonstration, le ministre de l'Éducation, une figure politique qui a maintes fois pris les devants dans cette lutte contre la pandémie, n'avait pas mâché ses mots pour faire part de son mécontentement.

Vous voulez vous assurer que davantage de Néo-Brunswickois tombent malades et meurent à cause de COVID-19? Faites des choses comme ça, avait alors écrit Dominic Cardy, en réponse à ce regroupement.

Dans la région d’Edmundston, l’annonce de la future marche divise les opinions chez les citoyens et la tension monte.

Le maire de la ville, Cyrille Simard a fait un appel au calme et à la solidarité sur les médias sociaux auprès des citoyens lundi dans une publication Facebook.

Avons-nous vraiment besoin de ce genre de division pour progresser ensemble dans le chemin du rétablissement de cette pandémie?

Cyrille Simard, maire d'Edmundston.

Cyrille Simard, maire d'Edmundston.

Photo : Radio-Canada

Cyrille Simard a ajouté ne pas être convaincu que pour le bien de l’ensemble de la population concernée, les bénéfices réels de cette marche pourraient surpasser les risques de dérapages et les conséquences négatives qui peuvent en découler.

Je suis persuadé que si des mesures de contrôle adaptées et raisonnables peuvent être établies, la vaste majorité de la population saura les reconnaître et les appliquer sans se diviser outre mesure.

Cyrille Simard, maire de la ville d'Edmundston

En entrevue à Radio-Canada lundi, Cyrille Simard a réitéré l’importance de s’assurer que le message soit entendu de la part des autorités politiques.

En moyenne, le Nouveau-Brunswick a refusé hebdomadairement 38,6 des voitures personnelles qui se sont présentés aux frontières entre le 25 avril au 4 mai contre 1680 qui ont eu le droit d’entrée.

Avec les informations de Karine Godin et Rose St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale