•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la clinique au laboratoire, parcours d'un test de dépistage en Outaouais

Des éprouvettes dans un laboratoire.

Munis d’une caméra, des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais nous ont guidés à travers les grandes étapes du dépistage de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada a eu accès en exclusivité à la clinique désignée d'évaluation (CDE) COVID et au laboratoire d'analyse des tests de dépistage à Gatineau. Munis d’une caméra 360, des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais nous ont guidés à travers les grandes étapes du dépistage de la COVID-19.

Tous les résidents de l’Outaouais qui présentent des symptômes de la COVID-19 doivent appeler à la centrale téléphonique, qui effectue l’évaluation, le triage et la priorisation des tests. Les patients sont ensuite dirigés à la clinique désignée d'évaluation (CDE) COVID, à Gatineau.

Le Dr Marcel Guilbault, médecin responsable de la clinique désignée d’évaluation COVID de l’Outaouais, explique que cette unité a été mise sur pied afin de protéger les cliniques médicales et les groupes de médecine familiale (GMF) contre la COVID-19.

C’est beaucoup pour garder les cliniques en communautés froides, c’est-à-dire sans contamination.

Le Dr Marcel Guilbault, médecin responsable de la clinique d’évaluation COVID de l’Outaouais

À LA CLINIQUE

Équipement nécessaire au test de dépistage de la COVID-19, à la clinique désignée d’évaluation

Beaucoup d'équipements sont nécessaires au test de dépistage de la COVID-19 à la clinique désignée d’évaluation de Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Lafrenière

Dès leur arrivée à la clinique, les patients sont pris en charge. Un agent de sécurité s’assure que les mesures de distanciation physique et de santé publique sont respectées. Une agente administrative les accueille et les dirige au bon endroit.

Les patients doivent se laver les mains deux fois avant le prélèvement. Ils se lavent les mains une troisième fois avant de sortir et doivent gardent leur masque jusqu’à la sortie, précise le gestionnaire de la clinique.

Le dépistage

Si les symptômes sont légers, les patients passent directement au dépistage, réalisé par une infirmière. De deux à cinq infirmières sont sur place chaque jour, en fonction des besoins.

Les symptômes qu’on voit beaucoup chez les gens c’est la toux, la dyspnée [difficulté respiratoire] et la fatigue, souligne André Thibeault, gestionnaire responsable de la clinique d’évaluation COVID.

Photo du gestionnaire.

André Thibeault, gestionnaire responsable de la clinique d’évaluation COVID

Photo : Radio-Canada / Guillaume Lafrenière

Le processus de dépistage consiste à insérer un écouvillon (outil qui ressemble à un coton-tige) dans le nez du patient. Il faut quand même aller assez profond à l’arrière-gorge avec la tige, à peu près un 5 centimètres, puis être là 10 secondes et tourner en même temps, précise André Thibeault en reconnaissant que l’étape peut être inconfortable.

Le dépistage prend de deux à quatre minutes au total. Au début de la crise, ce sont surtout des personnes âgées inquiètes ou qui présentaient des symptômes grippaux qui ont visité la clinique désignée d’évaluation COVID, mais la clientèle a changé.

Deux mois plus tard, on voit beaucoup plus de jeunes et d’enfants que des personnes âgées. On ne voit pratiquement plus de personnes âgées.

André Thibeault, gestionnaire responsable de la clinique d’évaluation COVID

La consultation médicale

Des médecins dans une salle.

Salle de consultation médicale avec médecins, à la clinique désignée d’évaluation

Photo : Radio-Canada / Guillaume Lafrenière

S’ils présentent des symptômes plus sévères, les patients consultent un médecin, toujours sur place. Depuis quelque temps, deux pédiatres sont disponibles en matinée pour les enfants et, le vendredi, deux omnipraticiennes peuvent aussi voir les femmes enceintes qui ont des symptômes.

Une vingtaine de transports ambulanciers ont été effectués depuis le début de la crise, pour des patients qui présentaient des symptômes sévères et qui devaient être hospitalisés d’urgence à l’unité COVID-19 de l’Hôpital de Hull.

Un patient qui consulte d’abord un médecin peut ensuite effectuer un test de dépistage si le docteur juge qu’il est nécessaire. Un dépistage peut aussi mener à une consultation médicale plus poussée au besoin.

Le médecin à l'extérieur.

Le Dr Marcel Guilbault est le médecin responsable de la clinique d’évaluation COVID de l’Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Lafrenière

Il y a aussi des COVID positifs qui ont un problème de santé non relié, mais qui ne peuvent pas consulter à la clinique médicale, parce qu’ils sont considérés à risque de contaminer les autres, donc ils viennent ici, explique le Dr Guilbault.

Tout le personnel de la clinique d’évaluation COVID porte des équipements de protection individuelle, tels que des masques, des visières, des gants et des jaquettes, afin de limiter le plus possible les risques de propagation du virus. Entre chaque patient, les salles d’examen et de dépistage sont nettoyées et désinfectées.

La préparation du spécimen

Lorsque le dépistage est terminé, le patient peut retourner à la maison dans l’attente de son résultat. Une technologiste en laboratoire prépare ensuite l’échantillon pour son transfert au laboratoire d’analyse.

Le spécimen est identifié, emballé selon le protocole établi et placé dans un réfrigérateur. Une fois prêt, il est acheminé par taxi au laboratoire d’analyse, situé au deuxième étage de l’Hôpital de Gatineau.

AU LABORATOIRE

La réception du spécimen

Chaque jour, des technologistes médicaux et une trentaine de microbiologistes effectuent en moyenne 200 analyses de spécimens. L’objectif est de confirmer ou infirmer la présence du virus SRAS-CoV-2 dans les échantillons dans un délai de 24 à 48 heures.

Le défi est grand, puisque cet agent pathogène était inconnu des technologistes médicaux de l’Outaouais avant le début de cette crise. L’échantillon sera bien identifié et placé dans un réfrigérateur avec des centaines d’autres.

Le spécimen arrive au laboratoire dans un milieu de transport viral et s’en va dans une pièce qu’on nomme la réception, où on va faire le triage et la priorisation.

Caroline Beaudet, coordonnatrice régionale des laboratoires du CISSS de l’Outaouais

La préanalyse

Une technologiste médicale effectue la préanalyse d’un test.

Une technologiste médicale effectue la préanalyse d’un test de dépistage au laboratoire d’analyse.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Lafrenière

L’équipe de microbiologistes effectue ensuite une étape cruciale de l’analyse du test de dépistage, une inhibition du virus par la chaleur. Cette étape, qui permet de neutraliser le virus, dure une heure et demie.

On inactive le virus, donc c’est très sécuritaire pour nos employés, nos technologistes médicaux, explique la coordonnatrice régionale des laboratoires du CISSS de l'Outaouais, Caroline Beaudet.

Photo de la coordonnatrice portant un masque.

Caroline Beaudet, coordonnatrice régionale des laboratoires du CISSS de l’Outaouais

Photo : Radio-Canada / Guillaume Lafrenière

L’analyse

Une machine scientifique

L'analyseur est un équipement à la fine pointe de la technologie qui détecte la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Lafrenière

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a fourni deux analyseurs — de l’équipement à la fine pointe de la technologie — à l’équipe de laboratoire de l’Outaouais. L’objectif est qu’elle développe à l’intérieur de ses murs l’analyse du coronavirus, dans une pièce à circulation contrôlée.

L’analyseur fait son amplification et calcule ses cycles, par la suite il produit une courbe, explique Mme Beaudet. Les technologistes médicaux analysent la courbe et vont déterminer si le virus a été détecté ou non détecté.

Ne vous surprenez pas si vous observez que l’équipe du laboratoire ne porte pas de visière, de jaquette ou de masque en tout temps. L’équipement de protection de base de tout technologiste médical comprend le sarrau fermé avec des gants.

En ces temps de pandémie, exceptionnellement, lorsqu’on n’est pas capables de garder notre distanciation de deux mètres, on porte le masque, précise Mme Beaudet.

Le résultat

Les résultats positifs et négatifs sont ensuite acheminés à l’équipe de la Direction de la santé publique de l’Outaouais, qui s’assure de transmettre le résultat au patient et de l’informer des étapes à suivre.

Dans le cas d’un dépistage positif, le patient doit être en isolement préventif pour une période de 14 jours, ou de 7 jours s’il s’agit d’un professionnel de la santé.

Toutes les personnes qui ont été en contact avec un patient déclaré positif sont invitées à subir un test de dépistage, qu’elles soient symptomatiques ou non. Ce sera ensuite à leur tour de visiter la clinique désignée d'évaluation COVID.

Tout résident de l’Outaouais présentant des symptômes de la COVID-19 doit composer le 819 644-4545.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé publique