•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuite chez Desjardins : un courtier hypothécaire achète une liste de 5000 noms

Le logo Desjardins sur la façade d'une succursale.

Si la fuite massive des données personnelles de membres particuliers de Desjardins ne concerne pas leurs informations bancaires, il y a surtout un risque de vol d’identité des 40 % de clients touchés.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un courtier hypothécaire de Québec a payé 3000 $ en argent comptant pour obtenir une liste de données personnelles et confidentielles appartenant à environ 5000 personnes.

C'est ce qui ressort d'une audience du comité de discipline de l'Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) au cours de laquelle Marc-Olivier Tanguay a plaidé coupable d'avoir enfreint différents règlements en lien avec l'achat de ces renseignements. L'audience s'est déroulée en visioconférence mercredi dernier.

Selon le résumé des faits déposé en preuve, Marc-Olivier Tanguay a rencontré le vendeur (qui n'est pas l'employé congédié par le Mouvement Desjardins et qui est identifié par des initiales) dans un restaurant pour discuter de cette liste achetée en janvier 2019 afin de solliciter des clients potentiels. Il aurait fait la connaissance de ce vendeur en 2015 alors que ce dernier travaillait pour la compagnie de prêts privés du courtier immobilier Mathieu Joncas.

La liste vendue correspondait à ce qu'il [Marc-Olivier Tanguay, NDLR] cherchait, soit des clients avec des dettes.

En plus des noms, la liste comprenait d'autres informations, comme les numéros de téléphone, adresse, taux d'intérêt, solde hypothécaire et crédit rotatif. Le document montre qu'il a versé 3000 $ au vendeur en argent comptant et qu'aucune facture ne lui a été remise.

On lit que le courtier hypothécaire a déclaré ne pas savoir, à l'époque, que les données du vendeur provenaient de Desjardins. Il a affirmé dans le cadre de l'enquête de l'OACIQ qu'il a paniqué après avoir appris sur les réseaux sociaux que le vendeur avait fait l'objet d'une perquisition et que 2,5 millions de personnes s'étaient fait pirater leurs données et que la police recherchait les acheteurs de cette liste.

Il est écrit dans le résumé des faits que le courtier a détruit la clé USB lorsqu'il a eu connaissance que ça provenait de Desjardins.

Accident de parcours

Lors de l'audience du comité de discipline qui visait aussi à faire des représentations sur la sanction à imposer, l'avocat du courtier, Rénald Beaudry, a dit que son client regrette amèrement d'avoir acheté cette liste-là, que cette histoire est un accident de parcours et qu'il a eu la leçon de sa vie. Il a souligné que Tanguay a collaboré à l'enquête de l'OACIQ et avec le corps de police qui enquête le dossier.

L'avocate représentant l'OACIQ, Isabelle Martel, a fait remarquer que Marc-Olivier Tanguay n'a pas posé de questions sur la provenance de la liste. La cause a été prise en délibéré et une décision sur la sanction à imposer sera éventuellement rendue.

On lit par ailleurs dans le résumé des faits de ce dossier qu'une plainte disciplinaire a été déposée contre le courtier immobilier de Québec Mathieu Joncas.

Autre acheteur de données personnelles

Le dossier d'un autre courtier de Québec, François Baillargeon-Bouchard, sera entendu devant le Tribunal administratif des marchés financiers à la fin du mois de juin. Il aurait admis à des enquêteurs de l'Autorité des marchés financiers (AMF) et de la Chambre de la sécurité financière avoir payé 40 000 $ pour acheter des listes d'informations personnelles de membres du Mouvement Desjardins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !