•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il va à la pêche à l'achigan, mais attrape un esturgeon noir de 90 kg

Un homme qui remet en poisson à l'eau.

Coel Forsyth a attrapé un esturgeon dans le lac des Bois près de Kenora.

Photo : Coel Forsyth

Radio-Canada

Un guide de pêche de Kenora, dans le nord-ouest ontarien, a toujours du mal à croire à sa prise impressionnante et inattendue dans le lac des Bois : un esturgeon d’environ 90 kilogrammes.

Une version précédente de ce texte identifiait le poisson comme un « esturgeon noir ». Malgré la couleur, il s'agirait plutôt d'un « esturgeon jaune » (Lake sturgeon en anglais).

La journée de pêche de Coel Forsyth au lac des Bois avait pourtant commencé très lentement. Le guide, qui cherchait plutôt à attraper un achigan à grande bouche, croyait finalement avoir atteint son objectif lorsque son fil de pêche a commencé à bouger latéralement.

Mais le poisson qu’il a vu émerger de l’eau avait une taille beaucoup plus grande que celle d’un achigan.

Au départ, je croyais que c’était peut-être un maskinongé [...] ou un brochet géant. Mais je me suis approché et me suis rapidement rendu compte que ce n’était ni l’un ni l’autre, raconte Coel Forsyth.

Le poisson s’est avéré être un esturgeon noir de près de 90 kilogrammes (200 livres), un poisson très rare dans la région du lac des Bois à Kenora.

Mes genoux tremblaient quand j’ai vu ce poisson. Je n’aurais jamais pu l’attraper si je n’avais pas eu le plus gros équipement possible pour la pêche à l’achigan.

Coel Forsyth, guide de pêche
Un homme qui remet un esturgeon à l'eau.

Coel Forsyth a remis l'esturgeon à l'eau avec l'aide de sa copine et d'un résident saisonnier de la région.

Photo : Coel Forsyth

Il décrit davantage le poisson comme étant rugueux comme du papier de verre, et ajoute qu’il présentait des cicatrices, probablement accumulées au cours de son cycle de vie estimé à une centaine d’années.

Sa tête avait probablement deux fois la taille de la mienne.

Coel Forsyth, guide de pêche

C’est drôle de penser qu’il est probablement plus vieux que mes grands-parents, alors c’était vraiment incroyable de le voir et de le toucher, note Coel Forsyth.

Après l’avoir bien contemplé, Coel Forsyth s’est toutefois empressé de ramener le poisson d’eau douce le plus grand qu’il ait jamais vu vers la rive pour le remettre soigneusement à l’eau, avec l’aide de deux autres personnes.

Lorsqu’un poisson de cette taille se bat très longtemps et accumule de l’acide lactique, cela peut être très nuisible à sa santé et à sa sécurité, explique le guide de pêche.

Même s’il indique ne pas savoir s’il pourra exercer son métier autant que d’habitude cet été en raison de la pandémie de COVID-19, Coel Forsyth croit que sa prise de la semaine dernière pourrait être porteuse de chance pour la saison.

C’était certainement la cerise sur un été qui n’a même pas encore réellement commencé, affirme-t-il.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Faune et flore

Environnement