•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rassemblement dans un parc de Toronto agace les autorités

Beaucoup de gens dans un parc par une belle journée.

Le parc Trinity Bellwoods de Toronto était bondé, samedi après-midi.

Photo : Dre Eileen de Villa/Twitter

Le rassemblement spontané de samedi après-midi au parc Trinity Bellwoods de Toronto continue d'agacer les politiciens et la santé publique.

« Des milliers de personnes » – selon un communiqué de la Ville – s'y sont installées, chaises de camping et Frisbee à la main, pour profiter du beau temps. La densité de la foule rendait la distanciation physique impossible.

Dimanche, la Ville a pris le taureau par les cornes et a augmenté la présence de ses agents de sécurité dans le parc pour éviter que la situation ne se répète, mais le mal était déjà fait.

La médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen de Villa, a écrit sur Twitter que les gens présents avaient adopté un comportement égoïste et dangereux qui pourrait nous faire reculer dans la lutte contre le nouveau coronavirus.

Désaccord sur les mesures à prendre

Lundi matin, le premier ministre Doug Ford a exprimé sa frustration face à la situation. Il s'est dit « inquiet pour les parents et les grands-parents » des jeunes présents. Il leur a envoyé un message franc : « Pourquoi ne nous faites-vous pas tous une faveur : allez-vous faire tester dès maintenant! »

Les commentaires du premier ministre ont cependant causé la controverse lundi après-midi.

Les gens présents devraient plutôt surveiller leur état de santé et rester attentifs à l'apparition de symptômes liés à la maladie. C'est ce qu'a suggéré le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, lors de son point de presse. Il leur suggère également d'éviter tout contact avec les personnes à risque.

La Dre de Villa a elle aussi contredit le premier ministre, lundi. « Si vous développez des symptômes, allez vous faire tester. Lavez-vous les mains, gardez une distance physique et portez un masque si vous n'êtes pas en mesure de le faire », a-t-elle conseillé aux gens qui étaient dans le parc samedi.

La Dre de Villa a expliqué son raisonnement ainsi : « Il y a une période d'incubation du virus avant que les symptômes n'apparaissent. Si vous vous faites dépister trop tôt, il y a un risque que le test rate sa cible ».

Le maire pris au jeu

Le maire de Toronto s'est lui-même laissé prendre au jeu. Il s'est rendu sur place, samedi, pour constater la situation de visu et inciter les gens à plus de prudence. Malheureusement, lui-même n'a pas respecté les règles de distanciation physique, ce qui lui a valu des remontrances de sa fille, qui est docteure. « Elle m'a offert un sermon incomparable à tous ceux que j'ai reçus dans ma vie, ce qui inclut ma vie en politique », a-t-il déclaré lors de son point de presse en après-midi lundi.

Le maire Tory a déjà présenté ses excuses publiques, affirmant comprendre qu'il doit montrer l'exemple.

Les règles sur les rassemblements ne changeront pas de sitôt

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a repoussé indéfiniment l’élargissement du nombre maximal de personnes permis dans un rassemblement.

Parce que le nombre de cas déclarés au quotidien dans la province reste élevé, la province préfère restreindre la taille des rassemblements, a-t-elle expliqué. Elle a fait ces commentaires durant son point de presse de lundi à Queen's Park.

Mme Elliott affirme aussi que le nombre de tests, qui reste trop faible à son goût, et le rassemblement de samedi au parc Trinity Bellwoods ont eu un effet sur cette décision.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste de la province, s’est montré hésitant à vouloir autoriser de plus grands rassemblements, selon Mme Elliott.

L’Ontario a amorcé la deuxième semaine de la première phase de son déconfinement lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique