•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le diocèse de Québec réclame une date pour la réouverture des lieux de culte

Marc Pelchat, vicaire général du diocèse de Québec

Marc Pelchat, évêque auxiliaire du diocèse de Québec, récitant la prière Notre Père à l'église du Très-Saint-Sacrement.

Photo : Radio-Canada

Le diocèse de Québec demande à la santé publique et au gouvernement Legault de déterminer le plus rapidement possible une date pour la réouverture des lieux de culte, tant catholiques que ceux des autres confessions religieuses.

L’évêque auxiliaire, Marc Pelchat, affirme que les paroissiens sont nombreux à demander la réouverture des églises.

Il estime également que pour une part de la population, les lieux de cultes sont bénéfiques pour maintenir une bonne santé mentale, morale et spirituelle.

Qu'on nous dise qu'il y a une réouverture qui est envisagée et quelles seront les conditions qu'on nous demandera de respecter et nous les appliquerons, affirme Marc Pelchat.

Selon le document de planification du déconfinement (Nouvelle fenêtre) du gouvernent provincial, les lieux de culte pourront rouvrir leur porte lors des phases de déconfinement ultérieures. Aucune date n'est mentionnée.

Ces phases viennent après la phase six, qui inclut les camps de jour et les piscines extérieures.

Iniquité

L’évêque auxiliaire Marc Pelchat dit ne pas comprendre que certains types de commerces soient autorisés à rouvrir, alors que les églises sont toujours fermées.

On le vit de plus en plus difficilement. Jusqu'ici, on a toujours été très, très dociles aux directives et on va continuer de l'être. Maintenant, on voit toutes sortes de choses qui rouvrent, y compris le toilettage des animaux domestiques. Nous, on s'occupe des gens, martèle-t-il.

Distanciation facile à respecter

Le diocèse de Québec assure que les règles de distanciation physiques seront faciles à faire respecter durant les célébrations.

Nous avons de très grands espaces. On nous dit souvent que nos espaces ne sont pas remplis, loin de là. Nous sommes en mesure d'appliquer toutes les règles de distanciation physique, explique Marc Pelchat.

L’Assemblée des évêques catholiques du Québec a fait parvenir à tous les évêques de la province, au cours des derniers jours, un guide contenant certaines lignes directrices afin de préparer la réouverture des lieux de culte.

Chaque diocèse reçoit ces jours-ci un modèle de protocole sanitaire pour la liturgie qu’il pourra adapter en fonction de ses particularités. Même si le risque zéro n’existe pas, nous croyons possible de changer profondément nos manières de faire pour mettre en place un contexte sanitaire qui sera sécuritaire pour toutes et tous, y mentionne le président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, Christian Rodembourg.

Date réclamée

Les diocèses souhaitent connaître la date de réouverture le plus tôt possible, afin d’avoir le temps nécessaire pour s’y préparer.

Il faudra possiblement recruter des bénévoles, fermer des sections et ajouter de la signalisation dans les églises.

On va décider quelles portes on ouvre, pour être capables de contrôler les entrées. On va établir un protocole qui prévoit des personnes à l'accueil, le lavage des mains. On va également afficher aux portes toutes les règles du rassemblement, donne en exemple Marc Pelchat.

La communion semble l’élément le plus difficile à organiser.

Il y aura lavage des mains avant la communion. C'est une question complexe, la communion au pain eucharistique. On a à décider comment on va le faire. Est-ce qu'on va porter des masques? Le prêtre possiblement. Il n'y aura pas d'échange de parole, prévoit Marc Pelchat.

Réouverture progressive

L’évêque auxiliaire du diocèse de Québec souligne aussi que la réouverture des lieux de culte peut se faire de façon progressive.

On pourrait, par exemple, commencer par célébrer les funérailles avec les familles. Depuis le début de la crise, les centres funéraires sont autorisés à célébrer des rites funéraires. Nous sommes les spécialistes des rites funéraires, nous et les autres confessions, et il nous est interdit d'en célébrer dans nos églises, lance Marc Pelchat.

Le président de l’Assemblée des évêques, Christian Rodembourg, se dit également conscient que ce processus est exigeant. Il est possible que ce ne soit pas toutes les églises qui puissent rouvrir en même temps, faute de pouvoir assurer la sécurité sanitaire de leurs paroissiens et de leurs ministres.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Croyances et religions