•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bal Mammouth : réinventer un rite de passage pour l’amour des ados

Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk.

Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk

Photo : Radio-Canada

Angie Landry

Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk animeront, le 19 juin prochain, un grand rassemblement virtuel pour pallier le report du traditionnel bal de fin d’année au Québec. Une initiative qui leur est précieuse, puisqu’il serait crève-cœur d’ajourner une étape de vie aussi significative, ont-ils confié dimanche à l’émission Tout le monde en parle.

Les deux artistes ont d'ailleurs accompagné le premier ministre François Legault lors de son point de presse lundi, à 13 h, en compagnie de la ministre Danielle McCann et du directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda.

Bravo, et [...] merci d'être aussi bons, a déclaré, aux jeunes, Sarah-Jeanne Labrosse avant de rappeler l'importance du port du masque et du respect d'une distance de sécurité de deux mètres.

Télé-Québec annonçait officiellement en avril dernier que l’initiative d’un grand bal panquébécois en direct allait de l’avant. L’équipe du Bal Mammouth et le duo de Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk avaient toutefois déjà commencé à travailler sur un concept quelque temps avant l’annonce officielle, par le gouvernement, que le retour en classe des élèves du secondaire était reporté en septembre.

On s’était dit, si ça arrive, on prend ça en charge?, se rappelle Sarah-Jeanne Labrosse. 

Chose dite, chose faite.

Un rite de passage d’une importance à ne pas sous-estimer

Pour la comédienne et son complice, il était tout simplement inconcevable que le bal de fin d'année des jeunes de 5e secondaire soit relégué aux oubliettes en 2020. 

La fin abrupte de l’année scolaire pour ces étudiants et étudiantes avait d’ailleurs soulevé de vives réactions, avec raison, selon Sarah-Jeanne Labrosse.

Je me mets à la place de ceux et celles qui se font dire cette année qu’il n’y [a pas de bal] et qui viennent de vivre trois mois de confinement. Si je m’étais fait dire : "Tu restes chez vous trois mois, tu ne vois plus tes amis, tu ne joues plus au tennis, puis tu n’as pas de bal, j’aurais rushé".

Sarah-Jeanne Labrosse

Pier-Luc Funk va dans le même sens que sa collègue. Pour lui, la fin du secondaire revêt un caractère sacré, qui ne doit pas être sous-estimé par les adultes qui ont minimisé son importance dans les dernières semaines.

C’est quand même là où tu dis bye à tout le monde. Ça a vraiment été important pour moi de dire bye à ceux avec qui j’ai grandi. On est passé à travers tellement de doutes, mentionne-t-il.

Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk sont à la table des invités.

Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk

Photo : Avanti Groupe

Le comédien ajoute que c’est notamment au secondaire que tout a commencé pour lui.

J’ai commencé à faire de l’impro au secondaire. Cette gang-là a tellement été importante, a fait de moi qui je suis aujourd’hui, et a changé ma vie.

C’est tellement une étape [importante] qui se finit : [au secondaire], t’es un parmi tant d’autres. Puis après, tu décides qui tu deviens. On a comme besoin de fermer ce livre-là pour de bon.

Pier Luc Funk

L’interprète de Donalda dans Les pays d’en haut, Sarah-Jeanne Labrosse, en rajoute. Le bal de fin d’année est un point final qui a besoin d’être apposé par ces ados à leurs histoires respectives.

C’est comme un genre de rite de passage. C’est comme pour dire : "Tu l’as fait. T’as fait tes cinq années de secondaire. T’as fini ton secondaire 5. Tu gradues, en gang, avec un photoshoot. Peu importe si t’étais celle qui prenait de la place dans la classe ou celui qui n'en prenait pas, là, t’as fini, bravo! C’est important!" Pour vrai, ça fait du bien!, souligne-t-elle.

Défi : recréer le vrai processus du bal

Si le rassemblement virtuel est devenu la solution de rechange pour d’innombrables événements, une solution loin d’être idéale, c’était la seule avenue envisageable pour rassembler les élèves de 5e secondaire et de leur offrir un moment privilégié.

À quoi ressemblera ce bal en ligne?

Idéalement, ça va bien représenter les jeunes de 16-17 ans, [car] ce sont vraiment eux qu’on vise, répond Sarah-Jeanne Labrosse. Mais l’objectif ultime, estime Pier-Luc Funk, c’est de reproduire la vraie nature du bal de fin d’année.

Ainsi, rien n’est laissé au hasard; l’équipe derrière le Bal Mammouth prend en charge l’organisation de l’avant-bal, du bal, et de l’après-bal.

Comme ce sont des moments très intimes, on va créer des gangs. Tu vas pouvoir être sur les réseaux sociaux avec ta gang sur un groupe Zoom, avec laquelle tu vas pouvoir regarder le bal. Et nous, on va pouvoir interagir avec [les jeunes], entrer dans des groupes.

Pier-Luc Funk

Tout cela dans le confort d’un salon, d’une cour arrière ou d’un parc, avec de beaux costumes et de belles coiffures... ou pas.  

On invite les gens à mettre leurs robes, leurs habits, mais on invite aussi les gens à faire le bal en joggings, s’ils le veulent, souligne Pier-Luc Funk.  

L’important, disent les deux artistes, c’est que les jeunes soient bien. Et que toutes et tous se sentent représentés. C’est dur de leur faire plaisir; nous, on n’est pas dans leur situation en ce moment, mais on veut créer quelque chose qui leur ressemble, dit le comédien. 

Pier-Luc Funk et Sarah-Jeanne Labrosse dansent.

Le Bal Mammouth, animé par Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk, « mettra en lumière le parcours et les beaux moments des élèves de 5e secondaire en 2020 ».

Photo : Télé-Québec

Outre les prestations surprises que réservent aux jeunes Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk, des personnalités de marque ont déjà confirmé leur présence à l’événement. Le rappeur FouKi, les chanteuses Roxane Bruneau et Marie-Mai, et les humoristes Julien Lacroix et Math Duff sont de la partie.

Ils ne sont pas oubliés, les jeunes. On a comme envie de leur dire : "Merci, bravo, et vous êtes sérieusement bons." On va les solliciter dans les prochaines semaines pour qu’ils sentent que ce show-là leur rend service, termine Sarah-Jeanne Labrosse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Télé

Arts