•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dieselgate : une victoire contre Volkswagen qui devrait faire boule de neige

Le reflet du ciel nuageux sur la vitre arrière d’un véhicule du constructeur automobile allemand Volkswagen (VW).

Une voiture d'occasion du constructeur automobile allemand Volkswagen (VW) chez un concessionnaire automobile de Dortmund, dans l'ouest de l'Allemagne, le 25 mai 2020.

Photo : Getty Images / INA FASSBENDER

Agence France-Presse

Dans un arrêt qui devrait être déterminant pour des dizaines de milliers de procédures, la plus haute juridiction allemande a condamné lundi Volkswagen à rembourser en partie un client qui avait acheté une voiture équipée d'un moteur diesel truqué, cinq ans après la révélation de ce scandale tentaculaire.

Il s'agit du premier revers judiciaire notable du géant de l'automobile en Allemagne, dans ce scandale qui a plongé l'industrie automobile allemande, pilier de l'économie du pays, dans une crise historique dont elle peine toujours à sortir.

Les juges de la Cour fédérale allemande (BGH) ont notamment estimé que l'achat d'une voiture équipée d'un moteur truqué constituait un préjudice en soi, même si, comme Volkswagen l'avait argumenté, le véhicule restait utilisable.

Volkswagen va désormais proposer des solutions à l'amiable pour solder une grande partie des 60 000 procédures individuelles en cours explique le groupe dans un communiqué.

Avec l'accord à l'amiable signé fin février pour éviter un mégaprocès de clients allemands, et la fin d'une importante enquête pénale, Volkswagen s'approche de l'épilogue judiciaire du dieselgate.

La Cour de Karlsruhe s'intéressait au cas de Herbert Gilbert, 65 ans, qui avait acheté d'occasion en 2014 une Volkswagen Sharan diesel, soit l'un des 11 millions de véhicules dans lesquels le constructeur a avoué en septembre 2015 avoir placé des logiciels truquant les émissions polluantes.

En équipant ses voitures de logiciels capables de les faire apparaître moins polluantes qu'elles ne le sont en réalité, le groupe automobile allemand a trompé sciemment et systématiquement pendant plusieurs années les autorités, dans une optique de profitabilité, a expliqué le juge Stephan Seiters.

Le comportement de Volkswagen est objectivement qualifiable de contraire aux convenances morales et particulièrement blâmable, a-t-il insisté.

La Cour d'appel avait donné raison au retraité, condamnant le constructeur à payer l'équivalent de 39 000 $ et à reprendre le véhicule. Il s'agit cependant d'une somme inférieure au prix d'achat de près de 48 000 $ car les juges ont pris en compte la perte de valeur due à l'utilisation, un raisonnement validé lundi par la Cour fédérale.

La décision intervient après la fin, en avril, d'un procès sans précédent en Allemagne, similaire à une class action à l'américaine regroupant des centaines de milliers de requérants.

Volkswagen va débourser au moins 1,1 milliard de dollars canadiens pour indemniser 235 000 clients en vertu d'un accord à l'amiable, une somme qui peut paraître faible comparée aux plus de 45 milliards de dollars canadiens qu'a déjà coûté le scandale au constructeur, principalement aux États-Unis.

Quelque 60 000 requêtes de clients individuels se poursuivent cependant devant les tribunaux allemands et l'arrêt de la Cour fédérale sera, pour celles-ci, crucial.

Jusqu'ici, Volkswagen a ainsi déjà soldé des dizaines de milliers de cas. Selon plusieurs enquêtes de la presse allemande, le constructeur a surtout tenté de retarder l'arrivée du dieselgate devant la Haute Cour pour profiter de la perte de valeur des véhicules, ce que VW dément.

Un moteur diesel de Volkswagen.

En équipant ses voitures de logiciels capables de les faire apparaître moins polluantes qu'elles ne le sont en réalité, Volkswagen a « trompé sciemment et systématiquement pendant plusieurs années » les autorités, a conclu le juge.

Photo : AFP / FRANCK FIFE

Au pénal, la page est tournée pour le patron actuel Herbert Diess, renvoyé devant un tribunal en septembre 2019 par le parquet de Brunswick pour manipulation des marchés, aux côtés du directeur du conseil de surveillance Hans Dieter Pötsch. Les deux viennent d'éviter un procès moyennant le règlement de 9 millions d'euros dans le cadre d'un accord avec la justice.

Les seules enquêtes majeures restantes visent l'ex-patron Martin Winterkorn, renvoyé pour manipulation du cours de Bourseet fraude aggravée, et l'ex-PDG d'Audi Rupert Stadler. Une autre enquête du parquet de Stuttgart vise M. Pötsch.

Reste un grand procès d'investisseurs, qui réclament le remboursement pour la chute spectaculaire du cours de Bourse de Volkswagen. Un point crucial est de savoir qui, dans les plus hauts rangs de l'entreprise, avait connaissance de la triche et des risques financiers et juridiques associés.

La fin de l'enquête pénale contre certains dirigeants a renforcé la position du constructeur dans cette affaire. Mais le BGH, loin d'absoudre les hauts responsables, estime dans son arrêt que les décisions stratégiques sur la mise au point et l'utilisation du logiciel frauduleux ont requis au moins la connaissance et l'approbation du directoire de l'époque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !