•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les feux de friche en hausse au Nouveau-Brunswick en 2020

Un quenouille devant un champs brûlé.

Un champ brulé au nord de Moncton, dans le secteur d'Indian Mountain.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Jean-Philippe Hughes
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Nouveau-Brunswick compte déjà deux fois plus de feux de broussailles que l’an dernier alors que l’été n’a pas encore commencé. Les faibles précipitations du printemps 2020 en font une des saisons les plus propices aux incendies.

La province enregistre déjà 181 incendies en plein air pour l’année 2020. Certains sont petits et rapidement éteints, mais d’autres se propagent comme des traînées de poudre. Plus de 160 hectares sont déjà partis en fumée.

Un tableau avec des statistiques

Le printemps est propice aux feux de broussailles cette année au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Malgré la fraîcheur, le printemps est plus propice aux incendies dans les Maritimes que les chauds mois de juillet et août, selon le chef pompier du Service d’incendie de la ville de Moncton, Conrad Landry.

C'est sûr qu'on pense que le terrain est un peu humide, mais on oublie qu'il y a énormément de choses qui sont mortes : des feuilles, du gazon, explique le chef pompier. Avant que l’herbe verte ne reprenne ses droits, les parterres desséchés sont un terreau fertile pour les incendies. Les forts vents printaniers embrasent les flammes rapidement.

« Donc, une petite étincelle peut devenir un gros incendie assez facilement. »

— Une citation de  Conrad Landry, chef pompier

Les pompiers de Moncton ont combattu six feux en plein air au cours de la dernière semaine seulement. Jeudi, l’incendie d’une grange au nord de Moncton, le long de la route 126, s’est dispersé sur une centaine de mètres dans le champ adjacent. La chaleur seule n’est donc pas l’ingrédient primaire d’un feu de friche.

D’ailleurs, la carte de l’indice forêt-météo du ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick dépeint le sud de la province en jaune le 24 mai, alors que quelques secteurs forestiers du Nord sont en rouge.

La carte du Nouveau-Brunswick avec les couleur rouge, orange et jaune selon le risque d'incendie.

L’indice forêt-météo Nouveau-Brunswick le 24 mai 2020.

Photo : Radio-Canada

Le sud est plus vert que le nord, résume Conrad Landry. Dans le sud, la chaleur a favorisé la croissance de l’herbe, qui ralentit la progression des incendies. La végétation est plus tardive dans le nord.

Le brûlage d'herbe est interdit dans l'ensemble du Nouveau-Brunswick. Quant aux feux de camp, la réglementation relève des municipalités.

Au Canada, 55 % des feux de friche sont d’origine humaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !