•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des commerces fermés préparent des listes d'attente

Une enseigne sur une porte vitrée indique qu'un commerce est fermé et que le moment de réouverture est inconnu.

Des fournisseurs de soins corporels de l'Ontario, comme des coiffeurs, esthéticiennes, et massothérapeutes ne savent toujours pas quand ils pourront rouvrir leurs portes.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Coupe de cheveux, nettoyage dentaire, massage : les listes d’attente pour un éventuel rendez-vous s’annoncent longues. Aussitôt qu’ils pourront rouvrir leur commerce, des entrepreneurs s’attendent à remplir leur carnet de réservations pour des mois à l’avance.

Un homme se tenant devant l'entrée de sa clinique dentaire.

Le dentiste Michel Roberge n'accepte pour le moment que des patients nécessitant des soins urgents.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

La clinique dentaire du docteur Michel Roberge de Nipissing Ouest est si achalandée en temps normal qu’il faut prévoir plus de 6 mois pour y obtenir un rendez-vous non urgent. Chaque semaine de fermeture forcée en raison de la pandémie fait ainsi allonger la liste d’attente des clients qui chercheront à être vus par l’équipe du chirurgien dentiste. Avant de faire des examens et des nettoyages de routine, M. Roberge veut s’assurer d’aider rapidement ses patients qui en auront le plus besoin.

On va essayer de prioriser ceux qui ont des maux de dents, des dents cassées et faire les traitements à ces gens-là en premier et essayer de combiner tout ça. Ça ne sera pas facile, mais on va essayer d’y arriver!

Une citation de :Michel Roberge, chirurgien dentiste
Un homme pose fièrement sur la galerie devant son commerce.

Yvon Renaud sait qu'il devra respecter de nouvelles directives sanitaires au moment de la réouverture de son salon de coiffure. Il espère que la province ou le bureau de santé publique local se prononcera rapidement sur le sujet.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Yvon Renaud a lui aussi une liste bien garnie de clients qui attendent impatiemment la réouverture de son petit salon de coiffure de Nipissing Ouest. Contrairement au dentiste Roberge, M. Renaud a vite abandonné l’idée d’établir un ordre de priorités pour ses éventuelles réservations.

Je vais tirer des noms dans un chapeau! Je pense que c’est la meilleure manière de le faire parce que je ne veux vraiment pas que mes clients sentent qu’ils ne sont pas les premiers à revenir dans mon salon parce que j’aurais des préférés.

Une citation de :Yvon Renaud, coiffeur

L’optométriste Peter Allaire trépigne aussi d’impatience à l’idée de reprendre le travail. Je n’avais jamais été plus de deux semaines parti de mon bureau avant la pandémie, lance-t-il d’un ton décontenancé. Il explique avoir perdu le compte du nombre de rendez-vous qu’il devra replanifier une fois qu’il pourra rouvrir sa clinique. Il s’attend néanmoins à ce que son horaire des trois premières semaines se remplisse d’un seul coup.

D’ici là, il se désole de ne pas être en mesure de voir en personne des patients pour des urgences compte tenu des directives sanitaires qui lui sont imposées. Dans de telles circonstances, je dois les envoyer à l’hôpital à North Bay , ajoute M. Allaire.

C’est frustrant. On est normalement là pour nos patients, mais là on ne peut rien faire. On a les mains liées.

Une citation de :Peter Allaire, optométriste

Conditions de réouverture incertaines

Les commerçants sont bien conscients que la réouverture de leurs portes ne sera pas synonyme d’un retour à la normale. Mais ils se demandent comment ils devront adapter leurs tâches quotidiennes en tenant compte des mesures d’hygiène.

À ce chapitre, les dentistes comme M. Roberge profitent d’une longueur d’avance par rapport à d’autres fournisseurs de soins. L’Ordre royal des chirurgiens-dentistes de l’Ontario a fourni à ses membres des directives détaillées quant à une reprise de leurs activités par étapes.

Peter Allaire espère quant à lui que l’Ordre des opticiens de l’Ontario partagera bientôt un plan de relance avec des consignes sanitaires précises.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !