•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nomination controversée du nouveau chef du Service des bibliothèques ne sera pas revue

La prédécesseure de Kevin Cormier, Sylvie Nadeau, est déçue de la décision du premier ministre Blaine Higgs.

Kevin Cormier.

Kevin Cormier est le nouveau directeur général du Service des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick.

Photo : Facebook/Kevin Cormier

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick n'ordonnera pas de révision indépendante de la nomination controversée du nouveau directeur général du Service provincial des bibliothèques publiques, selon un courriel adressé à sa prédécesseure, qui a demandé une enquête.

Sylvie Nadeau s'est dite extrêmement déçue que le premier ministre Blaine Higgs ait décidé de ne pas examiner ce qui a conduit à la nomination de Kevin Cormier à la tête des 64 bibliothèques publiques de la province, malgré un manque apparent de formation ou d'expérience en bibliothéconomie.

Sylvie Nadeau.

Sylvie Nadeau a occupé le poste de bibliothécaire provinciale et de directrice générale du Service des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick pendant 20 ans, jusqu’à sa retraite en décembre dernier.

Photo : Gracieuseté

Il reste incompréhensible et inacceptable pour moi que le gouvernement du Nouveau-Brunswick considère qu'il est acceptable de nommer des personnes sans les qualifications officiellement approuvées, tant qu'il peut revendiquer la légalité de la nomination par le biais d'une faille telle que le programme de gestion des talents [de l'entreprise], dit-elle.

C'est en effet très triste et inquiétant. En tant que citoyenne, j'attends beaucoup mieux de mon gouvernement. J'attends un gouvernement juste, honnête et transparent.

M. Cormier n'a pas pu être contacté immédiatement pour un commentaire par les journalistes de CBC.

Kevin Cormier a été nommé en février dans le cadre du programme de gestion des talents, qui offre aux cadres actuels et futurs des échelons supérieurs du gouvernement la possibilité de développer davantage leurs compétences au sein ou en dehors de leur ministère actuel.

Sylvie Nadeau croit que la description approuvée du poste, assorti d'un salaire qui s'élève à près de 114 000 dollars par an, stipule que les exigences minimales sont une maîtrise en bibliothéconomie et/ou en sciences de l'information, avec neuf ans d'expérience progressive, y compris la gestion et la supervision du fonctionnement de la bibliothèque.

La connaissance du système des grandes bibliothèques en réseau est essentielle, indique la description de poste.

Le profil LinkedIn de M. Cormier indique qu'il a étudié une année à la Schulich School of Business de l'Université York à Toronto en 2005 et deux ans au Moncton Flight College, de 1998 à 2000.

Kevin Cormier à côté d'une maison.

Kevin Cormier a essuyé des critiques lorsqu'il était PDG de Kings Landing et qu'il a remplacé des interprètes par des expositions fixes.

Photo : CBC/Sarah Petz

Il a passé l'année dernière en tant que conseiller stratégique au bureau du conseil exécutif. Auparavant, il a été directeur général de la Kings Landing Corporation, lieu historique situé près de Fredericton, pendant environ sept ans.

Demande de révision

Mme Nadeau, qui a occupé le poste de bibliothécaire provinciale et de directrice générale pendant 20 ans jusqu'à sa retraite en décembre, soutient qu'il y a eu des irrégularités et des failles dans le processus de recrutement et de nomination.

Le mois dernier, elle a demandé au premier ministre Blaine Higgs d'ordonner un examen indépendant.

Elle a ensuite adressé des demandes au ministre des Finances et du Conseil du Trésor, Ernie Steeves, et à la vice-ministre Cheryl Hansen.

Le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Ernie Steeves, en entrevue.

Ernie Steeves

Photo : Radio-Canada

Depuis lors, elle a écrit à tous les conseils municipaux de la province où se trouve une bibliothèque, les invitant à écrire au premier ministre pour demander également un examen indépendant. Les municipalités sont un partenaire majeur dans la prestation du service de bibliothèque provincial, indique Mme Nadeau.

Généralement, quand on parle des budgets provinciaux pour les bibliothèques, 30 à 40 % sont en réalité de l'argent municipal.

Elles fournissent l'espace et l'entretien, ainsi que le mobilier et l'équipement. Elles nomment également les conseils de bibliothèque, qui sont la voix et les oreilles de la communauté.

Je pense donc qu'ils ont un intérêt dans ce qui se passe.

La collection en français de l'une des succursales de la bibliothèque de Vaughan.

Une bibliothèque municipale

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Elle a envoyé une lettre similaire à la New Brunswick Library Trustees Association.

Vendredi, Sylvie Nadeau a reçu un courriel de Kelly Cain, la sous-ministre responsable des Ressources humaines, des Finances et du Conseil du Trésor, dont une copie a été envoyée au premier ministre, Ernie Steeves, et au ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Trevor Holder, qui est responsable des bibliothèques.

L'examen du programme doit être achevé en juin

Dans le courriel, Kelly Cain a remercié Mme Nadeau pour sa contribution sur la question, mais a déclaré que la nomination du nouveau directeur général du service de bibliothèque a été faite après mûre réflexion et conformément à la loi sur la fonction publique.

Bien qu'un examen indépendant du processus de recrutement et de nomination pour ce poste ne sera pas effectué, le ministère des Finances et le Conseil du Trésor prennent vos commentaires en considération et examineront le programme de gestion des talents existant pour y trouver des améliorations, comme l'a demandé le ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Cet examen est commencé et devrait être terminé d'ici la fin juin, si ce n'est avant, indique pour sa part Vicky Deschênes, porte-parole du ministère des Finances et du Conseil du Trésor.

Les conclusions permettront d'informer sur les lacunes ou les insuffisances du programme et sur les possibilités d'amélioration, dit-elle dans un communiqué envoyé par courriel.

Un porte-parole du bureau du premier ministre a déclaré que les performances de M. Cormier seront évaluées à la fin de sa période d'essai.

Vicky Deschênes dit qu'elle ne peut pas commenter les détails concernant un employé en particulier, mais selon la loi sur la fonction publique, la période d'essai dure généralement six mois, et pas plus d'un an.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !