•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblements autorisés : des étudiants de l’UQAR témoignent du plaisir de se retrouver

Trois personnes jouent au Spikeball dans un parc.

Québec autorise les rassemblements extérieurs de dix personnes et moins, à condition de respecter les règles de distanciation sociale.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis vendredi, Québec autorise les rassemblements extérieurs de dix personnes et moins, à condition de respecter les règles de distanciation sociale. Andréanne, Valérie et Simon, trois étudiants de l’UQAR, ont profité du temps frais, mais ensoleillé, samedi, à Rimouski, pour vivre un moment de retrouvailles.

Il y a peu de temps, ces quelques heures entre amis auraient pu sembler banales, mais aujourd’hui, ce n’est pas le cas.

De pouvoir se rassembler, de revoir des gens qu’on ne voyait pas avant, ça fait du bien, admet Valérie Dontigny.

Je trouve ça vraiment cool, de savoir que ça va de mieux en mieux, ajoute Simon Jacques.

Les dernières semaines passées en confinement ont été vécues de manières différentes par chacun. J’ai eu de petits moments de solitude, raconte Valérie Dontigny. C’est pour ça que ça fait du bien au moral de voir des gens.

Andréanne Morin-Dupont soutient quant à elle avoir apprécié le fait d’avoir plus temps pour elle-même. J’ai quand même bien vécu ça, dit-elle. J’en ai profité pour faire des choses que je remettais à plus tard.

Les trois étudiants demeurent toutefois conscients qu’une deuxième vague de COVID-19 risque de frapper. Ils espèrent qu’il sera possible de tirer des leçons de cette crise.

C’est triste qu’on ne parle pas d’environnement dans le moment présent, souligne Simon Jacques. Mais qu’autant d’efforts aient été mis sur une crise qui est majeure, c’est super beau parce que peut-être qu’on sera capables de transposer ces mêmes efforts pour sauver notre environnement.

Je pense que les choses vont changer un peu, mais jusqu’où ça va aller, je ne le sais pas, affirme Andréanne Morin-Dupont. Mon espoir est grand, j’aimerais vraiment ça, mais je ne sais pas, conclut Valérie Dontigny. Entre temps, ces étudiants de l'UQAR profitent du plaisir de cette journée entre amis.

D'après un reportage de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Coronavirus