•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ralentissement à Immigration Québec : de nouveaux arrivants s'inquiètent

Rémy et Christelle craignent de devoir retourner en France en l'absence d'un traitement rapide de leur dossier d'immigration.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs familles immigrantes du Québec se demandent si elles devront quitter le pays en raison d'un ralentissement des opérations au ministère de l'Immigration. Les retards causés par la pandémie s'accumulent pour obtenir l'autorisation de travailler dans la province.

Pour Rémy Masdéu et sa conjointe Christelle Carulla, c'est tous leurs plans d'avenir qui sont désormais remis en question. Établi à Sherbrooke il y a un an, le couple originaire de la France a rapidement intégré le marché du travail.

C'était un peu comme un rêve, j'avais envie de vivre de ma passion, tout ce qui est audiovisuel.

Rémy Masdéu, nouvel arrivant

Rémy qui est pilote de drone était la perle rare pour son employeur, Pixel Nord, qui l'a aidé à s'installer dans la région.

Rémy utilise une caméra dans une foule.

Le caméraman et pilote de drone Rémy Masdéu pourrait être forcé de retourner en France en raison du ralentissement à Immigration Québec.

Photo : Pixel Nord

Il peut un jour être caméraman, un autre jour, il peut être réalisateur, il peut piloter le drone donc cette polyvalence-là pour nous ça vaut de l'or, souligne Willam Levasseur, le copropriétaire de Pixel Nord.

50 jours sans nouvelles

Comme tous leurs projets s'enchaînaient avec facilité, l'obtention d'un certificat de sélection du Québec leur semblait être une simple formalité. En mars dernier, ils en font la demande du CSQ, un document qui leur permet de continuer à travailler jusqu'à l'obtention de leur résidence permanente.

La consultante indépendante en immigration canadienne, Caroline Morin, confirme que ce genre de démarche prend en moyenne 20 jours ouvrables pour être complétée.

Toutefois, 50 jours plus tard, le couple n'a toujours aucune nouvelle de leurs démarches. Travailler leur est maintenant interdit. Par courriel, le ministère de l'Immigration indique que les délais de traitement ont augmenté avec la pandémie.

Avec la crise sanitaire actuelle et les contraintes qu'elle exerce (télétravail, nombre limité de personnel sur le plancher, etc.) nos délais d'ouverture de dossiers ont augmenté de plusieurs semaines, indique le ministère par écrit.

Avec ces délais, le rêve de Rémy et Christelle s'effondre. Le couple a maintenant deux choix :  Repartir en France ou rester au Québec en tant que visiteur. Mais s'ils restent, ils renoncent à leurs avantages sociaux.

Une décision déchirante, puisque Christelle a récemment reçu un diagnostic de sclérose en plaques.C'est quelque chose qu'on voulait traiter assez rapidement. Et là tout s'arrête parce qu'on n'a plus de couverture sociale, se désole Rémy.

L'attente est intenable et le couple est inquiet. Je suis dans l'attente depuis maintenant le mois de mars de pouvoir recevoir un traitement et là ça va être très très compliqué par rapport aux délais, souligne Christelle.

Des dizaines de cas semblables au Québec

Rémy et Christelle sont loin d'être les seuls dans cette situation au Québec. Selon Andrès Fontecilla, le porte-parole en matière d'immigration de Québec Solidaire, des dizaines de personnes vivent un tel dilemme.On a des gens qui attendent depuis trois mois, six mois, même avant la pandémie et ces gens-là ne reçoivent aucune réponse, dénonce-t-il.

Leur dernier espoir de ces demandeurs serait de tomber dans les bonnes grâces du ministère de l'Immigration.

La consultante indépendante Caroline Morin souligne qu'elle tentera de plaider la cause de Rémy et Christelle auprès de Québec. On va leur expliquer qu'à cause des délais de la COVID on n'a pas reçu le CSQ, mais on vous demande s'il vous plait de considérer la demande étant donné des circonstances, illustre Caroline Morin.

Rémy espère que cette stratégie portera ses fruits afin de poursuivre son rêve au Québec On espère qu'il y a des gens humains derrière l'immigration qui vont entendre notre histoire, dit-il.

Le ministère de l'Immigration demande au couple d'être patient. Dans leur cas, la patience a toutefois ses limites, surtout quand la santé et leurs économies sont en jeu.

D'après le reportage de Marion Bérubé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Immigration