•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise du coronavirus : des dirigeants d'aéroports de l’Est-du-Québec appellent à l’aide

L'affiche de l'aéroport et des bâtiments derrière.

Les revenus de l'aéroport régional de Mont-Joli ont chuté dramatiquement, tout comme ceux de Gaspé et de Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Le nombre de voyages en avion dans les régions a chuté drastiquement avec la crise du coronavirus. Les déplacements ont été limités à l’essentiel et l’impact sur les finances des aéroports de l’Est-du-Québec se fait sentir.

Les responsables estiment que les pertes s'élèveront à plusieurs centaines de milliers de dollars pour les aéroports régionaux du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord. Ces chiffres ont été colligés par le Réseau québécois des aéroports et transmis aux gouvernements.

Ces aéroports demandent maintenant de l’aide pour se sortir la tête de l’eau.

À Mont-Joli

À Mont-Joli, il ne reste plus qu'un vol sur quatre à l'horaire. L'aéroport perd environ 20 000 $ chaque semaine.

La directrice générale de la Régie intermunicipale de l'aéroport de Mont-Joli, Chantal Duchesne, a dû mettre à pied près de la moitié de sa quinzaine d’employés le temps de laisser passer la crise.

Chantal Duchesne discute avec une employée.

Chantal Duchesne, directrice générale de la Régie intermunicipale de l'aéroport de Mont-Joli

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Elle a bien tenté de profiter des programmes d’aide financière, en vain.

Pour le moment, dit-elle, il ne semble y avoir aucun programme pour aider les aéroports régionaux, compte tenu du fait que nous appartenons à des MRC ou à des municipalités. C’est ce qui fait que c’est difficile pour nous de passer à travers la crise, parce que pour le moment, il n’y a aucun programme qui nous aide.

À Gaspé

À l'aéroport de Gaspé, les pertes sont évaluées à plus de 167 000 $ par mois.

Quatre voitures se trouvent dans le stationnement de l'aéroport de Gaspé.

L'aéroport de Gaspé

Photo : Radio-Canada

Le maire de la ville, Daniel Côté, est aussi président du comité sur le transport aérien de l’Union des municipalités du Québec. Il attend toujours de l’aide.

Le gouvernement a reçu les chiffres du Réseau québécois des aéroports. Maintenant, ils ont ce qu’il faut pour bâtir ce programme-là et offrir des indemnisations pour qu’on puisse rester ouverts [...] parce que je ne peux pas vous garantir qu’on va être en mesure de sécuriser le transport aérien pour l’avenir. Ce sont des coûts qui sont totalement astronomiques avec les normes de Transports Canada à suivre, etc. C’est extrêmement compliqué et c’est très cher à opérer, déplore-t-il.

À Baie-Comeau

Le préfet de la MRC Manicouagan, Marcel Furlong, estime quant à lui que les pertes se calculeront en centaines de milliers de dollars à la fin de l'année pour l'aéroport de Baie-Comeau.

Des passagers du vol d'Air Canada attendent dans l'aéroport de baie-Comeau.

L'aéroport de Baie-Comeau en des temps plus normaux.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Des décisions déchirantes devront être prises.

Les postes de dépenses compressibles sont relativement rares, constate-t-il. Ça fait qu’on n’aura pas le choix d’aller s’asseoir avec le syndicat représentant les employés et d’aller discuter avec eux autres pour voir quelles sortes de solutions on peut trouver pour diminuer les dépenses.

Faire avancer les dossiers qui traînent

Chantal Duchesne estime qu’il faut profiter de l'occasion pour faire avancer les dossiers de développement qui traînent depuis longtemps.

Par exemple, elle aimerait qu'Ottawa autorise enfin les avions de moins de 15 passagers qui proviennent des États-Unis à atterrir directement en région.

Ça serait vraiment un moyen pour nous de développer ce marché-là pour pouvoir, en plus, servir la région puis les entreprises qui ont besoin de venir ici, explique-t-elle.

D'après le reportage de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Coronavirus