•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux proposent des séances hybrides aux Communes

Le drapeau canadien flotte sur la tour de la Paix du parlement à Ottawa.

La précédente entente entre le gouvernement et l'opposition pour une reprise des travaux parlementaires arrive à échéance lundi.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le gouvernement Trudeau a présenté une nouvelle offre aux partis de l’opposition pour la reprise des travaux parlementaires à Ottawa jusqu'à la mi-juin.

En vertu de cette proposition, des députés se réuniraient quatre jours par semaine pour des comités pléniers spéciaux, du lundi au jeudi.

Ces séances seraient hybrides, soit un mélange de députés physiquement présents et d’autres présents par vidéoconférence.

Les travaux ordinaires au parlement seraient ajournés du 17 juin au 21 septembre, mais quelques séances estivales seraient prévues pour demander des comptes au gouvernement.

Plus de pouvoir serait également accordé aux comités parlementaires.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, le Nouveau Parti démocratique (NPD) voterait en faveur de cette proposition lundi, puisqu'elle répondrait globalement aux préoccupations du parti.

Lors d’un point de presse vendredi, le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, précisait que son parti préférait un retour physique de 50 députés en chambre dès lundi pour la reprise des travaux.

C’est la base de notre proposition. Nous sommes bien sûr ouverts aux idées et suggestions des autres partis si cette structure de base est respectée, a déclaré M. Scheer aux journalistes.

Les conservateurs souhaitent également que les travaux reprennent à une fréquence de cinq jours par semaine.

Du côté du Bloc québécois, un porte-parole a indiqué que la formation allait réagir lundi matin à la proposition présentée par les libéraux.

En entrevue vendredi, le chef Yves-François Blanchet a toutefois critiqué le gouvernement, qui se sert des règles spéciales pour agir en vertu d'un agenda qui est politique plutôt que sécuritaire ou sanitaire.

Pour l’instant, la Chambre des communes se réunit deux fois par semaine de manière virtuelle et en comités réduits une fois par semaine. Ce modèle arrive à échéance lundi.

Avec les informations de Louis Blouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique