•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille Jaafar de Magog mise sur le sociofinancement

Québec refuse de payer les coûts d'un traitement expérimental aux États-Unis.

Mohammed Jaafar est dans les bras de son père.

Mohammed Jaafar, 4 ans, combat le cancer depuis 3 ans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Comme Québec refuse de payer les coûts d’un traitement contre la leucémie dont le petit Mohamed, 4 ans, est atteint, sa famille tente le tout pour le tout. Les Jaafar comptent maintenant sur la générosité des Québécois pour amasser 400 000 $.

C’est en raison du caractère expérimental du traitement que le remboursement leur a été refusé par la Régie de l'assurance maladie du Québec. La famille Jaafar refuse pourtant de baisser les bras. J’ai vu depuis hier que les Québécois et les Québécoises sont très généreux, lance le père de Mohamed, Wadie Jaafar. En un peu plus de 24 heures, plus de 23 000 $ ont été amassés sur la plateforme Go fund me. La campagne se nomme « Lutter contre la leucémie. »

Je suis convaincu que Mohamed va avoir ses traitements grâce aux Québécois et aux Québécoises. Un jour, Mohamed va se mettre debout et va dire merci à tout le Québec et qu’il va réussi , affirme le père de Mohammed.

Je suis sûr parce que lorsqu’on dit Québécois, on dit : généreux!

Wadie Jaafar, père de Mohamed

Bientôt à Philadelphie

La famille compte néanmoins se rendre à Philadelphie la semaine prochaine pour signer les papiers nécessaires et aller de l’avant avec le traitement. Puis, il faudra attendre de deux à trois mois pour que Mohamed puisse subir le traitement immunocellulaire, recommandé par ses médecins à l’Hôpital Sainte-Justine.

Selon M. Jaafar, la fermeture des frontières n’est pas un problème.Le médecin traitant et le médecin de Philadelphie [...] vont nous donner des papiers pour des traitements urgents et en plus il y a un précédent : on est déjà allés six fois à Philadelphie. Si Mohamed devait recevoir une deuxième greffe, il y a un risque de mortalité de 30 %, selon son père.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé