•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité et rapidité : l'équilibre difficile dans la reprise de la construction

Des travailleurs pellettent de la roche à la main et à l'aide de tractopelles au milieu d'une rue résidentielle.

De nombreux travailleurs de la construction sont retournés sur les chantiers et devront s'efforcer d'accomplir leurs projets dans des délais plus courts.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Alors que l'industrie de la construction reprend de la vigueur, des villes nord-ontariennes revoient leurs priorités. Au sommet de celles-ci, la sécurité des travailleurs sur les chantiers et le respect des échéances des contrats accordés à des entrepreneurs privés.

La Ville du Grand Sudbury et le bureau de santé publique local demandent aux travailleurs de la construction de redoubler de prudence. Quand la distanciation physique est impossible, les entrepreneurs devraient considérer d’autres mesures préventives pour contrer les risques de propagation de la COVID-19.

Pour éviter le partage d’équipement, chaque travailleur devrait avoir des outils qui lui sont spécifiquement attitrés, croit l’inspectrice en santé publique, Ashley DeRocchis.

C’est recommandé de réduire le nombre d’employés qui travaillent en même temps. [...] On recommande de laver et désinfecter les surfaces que beaucoup de gens touchent pendant la journée.

Ashley DeRocchis, inspectrice en santé publique; Santé publique Sudbury et districts

Le directeur des services d’ingénierie de Sudbury, David Shelsted, explique que son équipe s’informe sur les mesures sanitaires mises en place sur les chantiers et ajuste la supervision de ceux-ci.

Il reconnaît que la poursuite des travaux durant la pandémie peut entraîner des défis supplémentaires pour les entrepreneurs. Des défis qui pourraient retarder l’achèvement de certains projets. C’est pourquoi de nouveaux contrats tout récemment conclus prévoient des échéances un peu plus longues qu’à la normale.

La Ville compte néanmoins imposer des pénalités financières, comme elle a l’habitude de le faire, aux entrepreneurs qui ne termineront pas leurs projets dans les temps.

Certains chantiers progressent plus lentement que prévu, explique M. Shelsted, en raison d’un accès limité aux matériaux nécessaires. De nombreuses manufactures ou entreprises non essentielles ne produisaient pas certains biens dont nous avons besoin sur les chantiers de construction, précise-t-il. À titre d’exemple, les composantes liées à la construction de ponts se font extrêmement rares.

Le directeur des services d’ingénierie indique que la Ville communique maintenant avec des manufactures cherchant ainsi à atteindre deux objectifs.

Nous tentons de travailler avec les fournisseurs pour voir s’il y a des solutions de remplacement ou des façons différentes d’accomplir le travail. Et de là, nous comprenons si les délais sont attribuables aux entrepreneurs [et non aux fournisseurs].

David Shelsted, directeur des Services d'ingénierie, Ville du Grand Sudbury
Trois travailleurs déchargent des sacs d'un camion.

La distanciation physique représente un défi pour les travailleurs de la construction.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

À North Bay, les entrepreneurs qui accusent du retard devront aussi avoir de bons arguments, prévient le président du comité municipal des Exploitations et infrastructures, Chris Mayne. Nous ne voulons pas être trop punitifs, dit-il, mais il précise toutefois que si des entrepreneurs doivent embaucher plus de personnel pour réaliser certains contrats à temps, la Ville ne s’attend à rien de moins.

M. Mayne a bon espoir que les principaux chantiers, dont celui de l’intersection de la route 17 et la rue Seymour ainsi que celui sur la rue Cassells, seront terminés avant novembre.

Profiter du confinement

La Ville du Grand Sudbury a changé l’ordre des projets sur sa liste de priorités. Elle profite d’une certaine réduction de la circulation routière liée au confinement pour amorcer des projets plus tôt que prévu. C’est le cas des travaux d’asphaltage qui viennent de commencer au coin des rues Regent et Paris, l’une des intersections les plus achalandées de la ville.

Le département des Services d'ingénierie prend aussi en considération le fait que plus de gens restent à la maison durant la journée. Il cherche ainsi à éviter que les habitants perdent l’eau courante pendant des heures comme c’est souvent le cas lorsqu’il y a des travaux de construction près de chez eux.

Nous avons demandé aux entrepreneurs de réduire les interruptions d’approvisionnement d’eau ou de carrément les éviter en repensant aux façons de connecter les maisons et les sources d’eau [pendant les travaux].

David Shelsted, directeur des Services d'ingénierie, Ville du Grand Sudbury

La saison de la construction se termine normalement au début du mois de novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Politique municipale