•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Risque d’incendie de forêt « extrême » en Abitibi-Témiscamingue

Un pompier forestier arrose un feu de forêt.

Un pompier forestier de l'Abitibi-Témiscamingue lors d'une intervention en forêt.

Photo : gracieuseté SOPFEU/William Huberdeau

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) appelle les citoyens à la prudence. Au même moment, le service incendie de Rouyn-Noranda a enregistré un nombre anormalement élevé d'interventions pour des feux de broussailles.

La SOPFEU affirme d'ailleurs que les conditions météorologiques entraînent un danger d’incendie atteignant le niveau extrême sur le territoire.

L’organisme de protection place d'ailleurs l'Abitibi-Témiscamingue dans la zone rouge. Il explique que la situation des prochains jours est encore plus préoccupante puisque les prévisions météorologiques vont maintenir les conditions propices à l’éclosion d’incendies.

Depuis le début du printemps, le nombre d’incendies est beaucoup plus élevé qu’à l’habitude malgré l’interdiction de faire des feux à ciel ouvert.

D'ailleurs, le Service de sécurité incendie de Rouyn-Noranda a dû intervenir à au moins quatre reprises dans les deux derniers jours. Une situation inédite, selon le directeur de la sécurité incendie et de la sécurité civile, Stephen Valade.

Avec le beau temps, les appels ont recommencé. Dans les premières semaines de la COVID-19, on a eu une diminution du nombre d'appels de toutes sortes, pas juste à Rouyn-Noranda, mais partout en Abitibi-Témiscamingue. Là depuis quelques jours, je dirais depuis une semaine et demie à deux semaines, on commence à avoir de plus en plus d'interventions, dit-il.

C'est la période aussi où on a des feux de foin, il y a des interdictions de feux à ciel ouvert partout en Abitibi-Témiscamingue. Par contre, on dirait que les gens ne s'en préoccupent pas.

Stephen Valade

Les citoyens qui enfreignent les règles de sécurité peuvent recevoir des amendes et des constats d’infraction.

Selon la SOPFEU, depuis le début de la saison de protection, 236 incendies ont été allumés [partout dans la province] affectant 254,1 hectares de forêt, dont 100 % sont imputables à l’activité humaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Prévention et sécurité