•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les commerces peuvent refuser l’entrée à tout client sans masque, selon Doug Ford

L’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) ne l’entend pas de cette oreille.

Un homme en complet debout devant un podium.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford.

Photo : La Presse canadienne / Jack Boland

Radio-Canada

Les commerces devraient être autorisés à refuser le service à toute personne ne portant pas de couvre-visage, a déclaré le premier ministre de l’Ontario vendredi.

Toute entreprise a le droit de refuser qui que ce soit – c'est son affaire, a affirmé Doug Ford lors de sa conférence de presse quotidienne.

Je recommande fortement, fortement que les personnes mettent un masque de protection, a-t-il ajouté.

Pas si vite, dit un gardien des libertés civiles

L’Association canadienne des libertés civiles est montée au créneau peu de temps après cette déclaration, sur Twitter.

Ce n'est pas la loi. Les nouvelles lois par décret royal inventées dans une mêlée de presse n'ont pas été constitutionnelles depuis Henri VIII.

Jusqu’ici, le port d’un couvre-visage à l’extérieur et dans les magasins fait seulement l’objet de recommandations de la part des autorités publiques.

Nous demandons que les gens portent un couvre-visage quand ils se trouvent dans un endroit où ils ne peuvent pas maintenir une distance de six pieds [deux mètres] entre eux et d’autres personnes, a répété vendredi le Dr David Williams.

Le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario a tenu à rappeler aux gens d’être cohérents dans la distanciation physique.

Une obligation déjà en place dans certains magasins

Certaines enseignes obligent d’ores et déjà leurs clients à se couvrir le nez et la bouche lorsqu’ils entrent dans leurs espaces.

C’est le cas de Longo’s depuis le 4 mai. La chaîne de supermarchés précise que les enfants de moins de deux ans sont exemptés de cette règle.

Un homme pousse un caddie de supermarché devant une file d'attente de clients. Tous sont masqués.

Des clients masqués font leur épicerie.

Photo : La Presse canadienne / Steven Senne

Les personnes qui ne sont pas en mesure de porter un masque sont quant à elles invitées à en parler avec un responsable.

De nombreux commerces ont pu rouvrir cette semaine, dans le cadre de la première phase du plan provincial de lutte contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !