•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants ont-ils le droit d'amener de la crème à mains à l'école?

Gros plan de mains d'un enfant qui met de la crème à mains.

Les produits désinfectants mènent la vie dure aux mains des tout-petits.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis le retour à l’école, les élèves doivent se laver les mains très souvent. Ces nouvelles normes d’hygiène peuvent toutefois causer des blessures à certains enfants. Est-ce qu’une crème à mains peut être traînée dans les classes? Question simple, mais réponse complexe.

Les directives concernant la crème à mains à l'école diffèrent d'une commission scolaire à l'autre dans la région. Les élèves du primaire ne peuvent pas amener de crème à mains à l'école dans les commissions scolaires de la Riveraine et de l'Énergie. Les élèves qui ont des douleurs aux mains en raison des fréquents lavages et désinfections peuvent donc seulement mettre de la crème hydratante avant et après l'école.

Ces commissions scolaires précisent que si l'élève détient une prescription médicale, il peut évidemment amener la crème à l'école.

Par contre, à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, on continue de permettre aux élèves d'apporter leur crème à mains à l'école.

Les autorités régionales de la santé affirment être en train d'élaborer un avis officiel à l'intention des milieux scolaires, parce qu'elles réalisent que le sujet suscite des préoccupations.

D'ici là, le CIUSSS recommande de ne pas amener de crème à mains à l'école de la maison, pour éviter une possible contamination.Selon les recommandations du MSSS, il est mentionné d'apporter le moins d'objets possible en provenance de la maison pour éviter une possible contamination, ce qui inclut les contenants de crème à mains, indique le CIUSSS MCQ.

Comme aucun avis officiel n'existe encore, le CIUSSS affirme que la commission scolaire du Chemin-du-Roy n'enfreint pas de règlement. Le directeur général de la Commission scolaire de la Riveraine, Pascal Blondin, trouve important d'avoir une politique écrite.

Il affirme avoir une bonne collaboration avec le CIUSSS MCQ, mais il a hâte d'avoir une politique écrite. C’est sûr que dans cette situation-là, on a hâte d’avoir un écrit, dit-il. Parce que bon, pour certains parents qui cherchent la consigne, la directive de la santé publique, moi ce que je leur dis que c’est suite à des discussions, on demande aux gens de nous faire confiance, mais quand on a des consignes, des directives écrites, c’est toujours plus simple.

La Commission scolaire de l'Énergie confirme que des parents ont fait part aux directions d'écoles de leur souhait que les enfants qui ont mal aux mains puissent mettre de la crème hydratante durant la journée.

Crèmes solaires

Par ailleurs, avec le soleil qui commence à être bien présent, la question de la crème solaire à l'école se pose aussi. Les commissions scolaires de la Riveraine et de l'Énergie ne l'acceptent pas dans les écoles.

Elles disent attendent les directives de la santé publique à ce sujet.Il est donc recommandé que les élèves l'appliquent avant d'arriver en classe. La Commission scolaire du Chemin-du-Roy permet aux élèves d'amener leur propre crème solaire en invoquant l'importance de se protéger du soleil.

Gros plan de mains d'un enfant qui met de la crème solaire en aérosol.

À cause de la pandémie, la crème solaire ne pourra pas être partagée avec les collègues de classe.

Photo : Radio-Canada

Ils ne peuvent pas la partager avec leurs camarades de classe et autant dans le cas de la crème à mains que la crème solaire, ils doivent idéalement les laisser à l'école et non la ramener à la maison chaque jour.

Le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec affirme que la crème solaire fait l'objet de discussions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé publique