•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le camp de vacances pour personnes handicapées du Lac Flavrian annulé pour l'été

Le Centre de plein air du Lac Flavrian offre un camp d'été adapté pour les personnes vivant avec un handicap.

Le Centre de plein air du Lac Flavrian offre un camp d'été adapté pour les personnes vivant avec un handicap.

Photo : Facebook/Centre plein air Lac Flavrian

Il n’y aura pas de camp de vacances au Centre plein air du lac Flavrian cet été.

Le conseil d’administration a pris cette décision jeudi, après le feu vert donné par le gouvernement Legault aux camps spécialisés pour les personnes handicapées avec hébergement. La sécurité et plusieurs aspects financiers expliquent principalement l’annulation.

La directrice générale, Mélanie Gérard, soutient qu’il devient difficile d’assurer la sécurité de tous lorsque les moniteurs doivent intervenir auprès d’une personne en crise. La location des chalets n’est pas encore possible en raison des mesures mises en place par le gouvernement, ce qui réduit considérablement son budget.

On a une situation financière très précaire et d’opérer des camps avec trois fois plus d’employés et deux fois moins de vacanciers, si on fait un calcul rapide, c’est sûr que ça ne fonctionne pas.

Chaque été, près de 200 personnes de l’Abitibi-Témiscamingue participent aux activités sur le site situé près de Rouyn-Noranda.

C’est sûr que notre garçon est très déçu.

Stéphanie Mercier

Le fils de Stéphanie Mercier attendait avec impatience de participer pour une quatrième fois au camp de vacances du Centre plein air du Lac Flavrian. Quand on va le chercher [après une ou deux semaines], il pleure, il est fatigué, il s’est ennuyé, mais il est tellement content et veut toujours y retourner. Ils vont faire de la pêche. Il est avec des pairs où il est compris , dit-elle.

Une femme et son fils adolescent se prennent en photo.

Stéphanie Mercier a annoncé à son fils, Marek, qu'il ne pourra pas participer au camp de vacances du Centre plein air du Lac Flavrian.

Photo : gracieuseté

Elle affirme toutefois que Marek, âgé de 13 ans, comprend la situation. Avec le contexte de pandémie, Stéphanie Mercier n’est pas surprise. C’est sûr que notre garçon est très déçu, il est triste qu’il disait quand on lui en a parlé, mais il dit que c’est correct. Il comprend, c’est pour la santé et c’est ce qui est important , décrit-elle.

Le camp de vacances est normalement séparé en séjours pour enfant ou adultes en perte d’autonomie, ayant un trouble de santé mentale ou du spectre de l’autisme, une déficience physique ou intellectuelle. C’est quand même une clientèle vulnérable, dans le sens où ils n’ont pas toujours le concept de bulle. Chacun a ses paramètres un peu différents si on peut dire , ajoute la directrice générale.

Mélanie Gérard craint aussi des réactions plutôt négatives des vacanciers face au port du masque, par exemple. Ça peut faire peur, ça peut briser aussi le lien qu’ils ont entre eux parce qu’on peut ne pas reconnaître les moniteurs. Ça enlève aussi la légèreté et le plaisir qu’on retrouve au camp actuellement si on est plutôt habillé comme à l’hôpital. Ça peut rappeler de mauvais souvenirs aussi , explique la directrice générale du Centre plein air du lac Flavrian.

Elle souhaite trouver des solutions pour offrir au moins un répit aux parents et proches aidants pendant la saison estivale. On sait que le répit est essentiel, on sait aussi que les vacanciers ont besoin de ces vacances-là. Ça nous brise le coeur, mais sachez que nous travaillons très fort pour opérer l’année prochaine et le plus vite possible offrir des répits. Nous avons demandé au centre de santé une réunion pour vérifier s’il y a des possibilités de collaboration pour offrir certains services , assure Mélanie Gérard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !