•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an et demi d’eaux stockées par une mine d'or déversées dans un lac du Nunavut

Dome d'entreposage de la mine Meadowbank au Nunavut

L'entreprise Agnico Eagles Mines, dont on voit ici la mine Meadowbank, au Nunavut, a obtenu l'autorisation de déverser ses eaux stockées dans le lac Meliadine.

Photo : Agnico Eagle Mines Ltd.

Radio-Canada

Une mine d'or de l'entreprise Agnico Eagle, au Nunavut, va déverser 650 000 mètres cubes d’eau de pluie et de neige fondue contenue dans un bassin de rétention sur le point de déborder dans le lac Meliadine.

Située près de Rankin Inlet, la mine d'or Meliadine, d'Agnico Eagle, a obtenu l’autorisation de l’Office des eaux du Nunavut de déverser l'eau de son bassin de rétention grâce à une modification d’urgence obtenue du ministre fédéral des Affaires du Nord, Dan Vandal.

Cette eau accumulée au cours de 2019 aurait normalement été déversée dans le lac l'automne dernier, mais cela a été impossible, car les niveaux en minéraux et en poussière dépassent ce qui est autorisé par son permis d’utilisation des eaux.

L'eau contenue dans le bassin provient de la fonte de la neige et de la pluie qui tombe sur le site de la mine. Il ne s'agit pas d'eau utilisée dans l'exploitation de la mine d'or.

Le bassin de rétention arrive dangereusement à ras bord, et la mine doit y faire de la place, car la fonte de 2020 devrait y apporter 450 000 mètres cubes d’eau supplémentaire, selon Frédéric Langevin, le directeur général de la mine.

Une eau sûre, selon la mine

Depuis l'automne dernier, la mine a testé et étudié l'eau du basin et affirme dans ses démarches auprès de l’Office des eaux du Nunavut qu'elle est sûre pour l’environnement marin du lac. Même à des niveaux de concentration plus élevés de solides dissous, l’eau que nous allons déverser est non toxique, assure M. Langevin.

Cela ne causera aucun tort aux poissons ou à leur habitat.

Frédéric Langevin, directeur général, mine d'or Meliadine d'Agnico Eagle

Des commentaires confus ont émergé en ligne, parmi la population, sur le type d’eau qui allait être déversée, selon le directeur général de la mine Meliadine. La compagnie souligne qu’elle a un autre projet qui vise à se débarrasser des eaux souterraines salines traitées à l'intérieur de la mine. Ce projet est actuellement à l’étude par la Commission du Nunavut chargée de l’examen des répercussions, mais celui-ci n'a rien à voir avec l'eau du bassin de rétention, selon les responsables de la mine d'or.

Pas de consultations publiques

De nombreux habitants de la région utilisent le lac Meliadine comme source d’eau potable. Le maire de Rankin Inlet, Harry Towtongie, est préoccupé par la permission d'urgence octroyée par le ministère fédéral des Affaires du Nord, qui n’a pas fait l’objet de consultations au sein de la communauté.

Je sais qu’il y avait une question d’urgence, mais quand même! J’ai le sentiment que nous aurions dû être consultés plus tôt et selon une chronologie qui nous aurait permis d’être au courant de tout ce qu’il se passe dans nos lacs et rivières.

Harry Towtongie, maire de Rankin Inlet

De son côté, la mine affirme qu’elle n’a pas pu organiser de consultations à cause de la pandémie de COVID-19. Elle fait également valoir que la façon de procéder de l’Office des eaux du Nunavut pour des modifications d’urgence requiert seulement une période permettant aux intéressés de poser des questions et non des consultations formelles avec la communauté.

L’Office des eaux a cependant tenu une réunion technique en téléconférence avec l’Association inuit de Kivalliq (KIA) et avec les ministères de l'Environnement et du Changement climatique et des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord du Canada.

En avril, la KIA s'est opposée à ce que tout le contenu du bassin de rétention soit déversé et à la courte fenêtre de temps octroyée pour les commentaires du public.

Dans sa décision d'autoriser la modification, l’Office des eaux a mentionné sa préoccupation concernant le manque de consultation avec la communauté. Il demande à la mine de communiquer plus régulièrement à l’avenir.

Puisqu’il s’agit d’une modification à usage unique, l’Office des eaux affirme travailler à trouver une solution plus permanente afin d’apporter des modifications au permis d’utilisation des eaux d’Agnico Eagle.

Avec les informations de Beth Brown

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Environnement