•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se préparer mentalement pour affronter les catastrophes naturelles

Une personne triste

Photo : iStock

Face aux catastrophes naturelles, nous pensons souvent à prévoir le matériel et préparer nos bagages, mais qu'en est-il de notre santé mentale pour affronter les aléas de la nature ? La directrice du Laboratoire de recherche sur la santé en région (LASER), Lily Lessard, spécialisée en prévention aux changements climatiques, a répondu à nos questions.

La chaleur et le beau temps ne sont pas nécessairement synonymes de plaisir pour certains. Si cela fait le bonheur de la majorité, d'autres en isolement trouvent peut-être la situation plus difficile, soulève Mme Lessard.

Par ailleurs, la saison estivale nous apportera sans doute une ou des périodes caniculaires. Une personne ayant perdu un proche lors d'une canicule risque de vivre cela comme une épreuve.

Il va falloir prévoir des moments de canicules et on sait qu'avec les changements climatiques, ils vont être de plus en plus fréquents, importants. Il y a certains groupes qui sont plus à risque, les personnes âgées notamment, croit celle qui est aussi professeure au département des Sciences de la santé de l'Université du Québec à Rimouski.

Questions à se poser : Où aller pour se rafraîchir? Dans les circonstances de la COVID-19, est-ce qu'il y a des endroits auxquels on peut avoir accès?

Lily Lessard suggère d'aménager des zones plus fraîches chez soi, accéder à des parcs ou des espaces verts.

Faire face aux catastrophes naturelles

La Croix-Rouge canadienne nous propose de préparer une trousse pour survivre de façon autonome pendant 72 heures. On y retrouve des items de communication, de la nourriture et certains outils. L'organisation invite par ailleurs les Canadiens à se préparer mentalement à affronter des situations comme les feux de forêt.

Lily Lessard suggère d'ajouter à notre trousse des éléments qui nous font du bien.

Ça peut être des jouets, des jeux, des photos ou un livre. C'est d'avoir un bon plan, une bonne planification et un plan d'évacuation qu'on doit pratiquer avec sa famille.

Elle nous invite à faire une introspection pour réfléchir à comment nous réagirions dans différents contextes.

Comment on agit face à l'adversité? De se connaître soi-même un peu. Peut-être de prévoir ses réactions. Qu'est-ce qui nous fait du bien? De miser sur nos forces. résume-t-elle.

Une façon d'aider sa santé mentale au quotidien est d'adopter des modes de vie sains.

Plusieurs études démontrent les bienfaits de l'activité physique au niveau de la santé mentale, cite en exemple Mme Lessard.

Vivre une catastrophe durant la pandémie

Cette semaine, des résidents du Michigan, aux États-Unis, ont été évacués de leurs résidences après des inondations historiques en raison de brèches dans un barrage. En plus d'être confinés depuis des semaines, les gens doivent gérer la situation.

Mentalement, c'est sûr que ça peut ajouter à une situation qui est déjà difficile. D'un autre côté, la situation de la COVID-19, fait prendre conscience de l'importance de préserver sa santé mentale de s'en occuper. Je pense qu'on n'en a jamais parlé autant de santé mentale. Cela nous donne de l'expérience à quelque part. On pourrait parler d'un élément positif de la pandémie actuelle, souligne-t-elle.

En conclusion, la professeure rappelle que l'essentiel demeure le réseau social qui est un facteur de protection important dans les moments difficiles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Changements climatiques