•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De bonne action à association, le projet Joy tend la main aux oubliés du numérique

Une femme tient un éventail d'appareils numériques dans ses mains.

Le projet Joy vise à récupérer des appareils de seconde main pour les donner aux aînés isolés.

Photo : Gracieuseté Project Joy/Natasha Mathews

L’idée d’une femme de la région d’Edmonton pour aider les aînés pendant la pandémie a poussé au point où le projet appelé Joy deviendra bientôt une association albertaine.

Emily Jenks n’avait pourtant pas autant d’ambition lorsqu’elle a commencé à récupérer des téléphones et des tablettes usagés. Cette habitante de Spruce Grove, à l’ouest d’Edmonton, voulait simplement aider les personnes âgées du centre de soins de longue durée de son quartier à communiquer avec leur entourage pendant la durée des restrictions sur les visites.

Mes enfants et moi voulions juste faire une bonne action. Nous ne nous attendions pas à ce qu’une communauté entière se rassemble et change autant les choses. Nous l’avons fait, nous continuons de le faire et cela grossit, raconte Mme Jenks.

Une femme pose avec deux enfants et un bébé dans un paysage automnal.

Emily Jenks a créé ce projet avec ses enfants au départ.

Photo : Gracieuseté d'Emily Jenks

Deux mois après que l’idée eut germé, la mère de famille a réussi à fédérer 10 bénévoles autour d’elle et une brochette d’entreprises partenaires. Il y a des points de chute pour récupérer les dons d’appareils électroniques dans la région d’Edmonton, à Red Deer et à Calgary.

Emily Jenks estime que son groupe a réussi à offrir un lien numérique à une centaine d’aînés dans des centres de soins de longue durée.

Le projet Joy a cependant aussi vu les limites qu'amenait le fait de se concentrer sur une seule catégorie d’âge.

Selon Jay-Dee Netter, de l’entreprise d’électronique RJ Systems, qui fait partie de l'initiative, les personnes âgées demandent des applications simples, ce qui demande des spécifications techniques. Or, certains appareils des offerts sont trop vieux pour supporter les nouveaux logiciels de vidéoconférence.

Nous commencions à être un peu découragés parce que nous apprécions tous les dons, mais nous ne pouvions utiliser qu’un quart des appareils, explique M. Netter.

Une femme tend un sac à une autre femme tout en maintenant une distance de deux mètres.

Une bénévole du projet Joy donne des appareils au centre Brain Care à Edmonton.

Photo : Gracieuseté Project Joy

Le groupe a donc commencé à offrir les autres appareils remis en état à d’autres associations, comme des enfants en famille d’accueil et des élèves dans le besoin. Jay-Dee Netter estime que les deux tiers des dons peuvent maintenant trouver une utilité.

Emily Jenks s’est aussi rendu compte que les besoins étaient immenses, au-delà de ceux apportés par la pandémie.

Beaucoup d'entre nous parlent tous les jours au téléphone ou par Facetime, mais énormément de gens n’ont pas accès à cette technologie. Pourquoi sont-ils abandonnés en 2020? Pourquoi ne peuvent-ils pas avoir le même type de connexion avec leur famille, demande-t-elle.

Le groupe a déposé sa demande pour devenir officiellement une association. Une fois que ce nouveau statut sera en place, il acceptera les dons d’argent pour fournir également aux aînés et à d’autres des appareils neufs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !