•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Albertville, Henribourg et White Star, trois communautés fransaskoises intimement liées

Une vue aérienne du village d'Henribourg dans les années cinquante.

Photo : Archives de la Saskatchewan

Radio-Canada

Les petites localités saskatchewanaises d’Albertville, d'Henribourg et de White Star, au nord de Prince Albert, regorgent d’anecdotes intéressantes à propos de la communauté fransaskoise, mais les trois villages sont aussi intimement liés par leur histoire.

Heureusement, en raison de leur proximité avec la ville de Prince Albert, les trois communautés ne sont pas devenues des villages fantômes, comme bien d’autres en Saskatchewan, mais force est d’admettre qu’elles n’ont plus leur vitalité d’antan.

Une carte qui situe les communautés de Henribourg, Albertville et White Star au nord de la ville de Prince Albert.

Les trois communautés sont situées à quelques kilomètres les unes des autres au nord de Prince Albert.

Photo : Radio-Canada

Un nom pour deux villages

Bien peu de gens peuvent se vanter d’avoir donné leur nom à deux communautés, mais c’est pourtant ce qu’a fait Henri-Albert Morin, l’un des premiers colons canadiens-français à s’installer dans la région, avec les villages d’Albertville et d'Henribourg.

C’est dans sa maison qu’a eu lieu la première messe dans ce secteur de la Saskatchewan, mais les habitants ont rapidement décidé de mener une campagne pour construire une église et un presbytère pour le premier prêtre d'Henribourg, l’abbé André Louison.

Or, peu de temps après l’arrivée des premiers colons et la construction de l’église, la population connaît une forte croissance, si bien que l’établissement religieux, autrement situé au centre de la communauté, n’est plus un point central du village, raconte l’historien fransaskois Laurier Gareau. La situation est inévitable : l’église doit déménager, selon l’évêque de Prince Albert.

Une telle décision de l’évêque provoque cependant des tensions au sein des habitants du village, qui abdiquent finalement lorsque l’évêque menace de fermer l’église si les paroissiens n’acceptent pas un déménagement et un nouveau curé.

Le déménagement mènera d’ailleurs à la création d’une nouvelle paroisse à Saint-Jacques d’Albertville, en l’honneur d'Henri-Albert Morin, qui est toujours un habitant du village à l’époque.

Une église avec un long pic au milieu des prairies.

Le déménagement de l'église d'Henribourg mena à la création d’une nouvelle paroisse à Saint-Jacques d’Albertville en l’honneur de Henri-Albert Morin.

Photo : Archives de la Saskatchewan

Abraham-Louis Lebel, un autre homme important

Le nouveau curé de la paroisse de Saint-Jacques d’Albertville est un certain Abraham-Louis Lebel.

Surtout connu pour son rôle dans la création de la première caisse populaire francophone en 1916 en Saskatchewan, il a également encouragé l’établissement de plusieurs autres entreprises coopératives dans les villages fransaskois, comme celle de la fromagerie d’Albertville, explique Laurier Gareau.

Au cours des années suivantes, le mouvement coopératif fransaskois s’enracine d’ailleurs de plus en plus grâce au travail de l’abbé Lebel dans les villages d’Albertville et d'Henribourg.

Une photo prise dans les années soixante montre une vue aérienne du village d'Albertville.

Une photo prise dans les années soixante montre une vue aérienne du village d'Albertville.

Photo : Archives de la Saskatchewan

D'Édouardville à White Star

Autrefois connu sous le nom d’Édouardville, le village de White Star représente une partie très importante de l’histoire fransaskoise, selon Laurier Gareau.

Avec l’arrivée du chemin de fer en 1917, White Star et Albertville sont en mesure d’attirer de nouveaux colons dans la région, si bien qu’en 1920, la seule enseignante de l’école de White Star, Angèle Delhommeau, a sous sa responsabilité une classe de 72 élèves, qui s’étend de la première à la huitième année.

La dépression des années 1930 a par la suite contribué à une détérioration progressive des services à White Star, entre autres, avec la fermeture du bureau de poste plus d’une trentaine d’années plus tard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Histoire