•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déconfinement de la culture : vers des « conditions idéales » dans les musées

Jean-Luc Murray, directeur général du MNBAQ, devant une peinture de Frida Kahlo lors d'une entrevue

En raison des mesures de distanciation, les visiteurs auront plus de temps et d'espace pour apprécier les oeuvres d'art, estime Jean-Luc Murray

Photo : Radio-Canada

Visiter un musée pourrait être encore plus agréable qu'avant en raison des mesures de distanciation, estime le directeur général du Musée national des beaux-arts du Québec.

Québec a annoncé vendredi la reprise des activités dans les bibliothèques, musées et ciné-parcs le 29 mai.

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) rouvrira ses portes le 29 juin.

Il faut préparer les espaces publics pour le retour des visiteurs, ce qui n'est pas simple, explique le directeur général, Jean-Luc Murray.

En plus, on sait que ça ne sera pas que pour quelques semaines, donc on en profite pour imaginer le musée d'après pandémie.

Le pavillon Lassonde pourra recevoir 80 personnes à l'heure. Le MNBAQ entend également réserver des plages horaires pour les personnes de 70 ans et plus ou celles avec des situations particulières. Les billets seront en ventes en ligne et chaque visiteur devra choisir une plage horaire précise.

Jean-Luc Murray prédit même que l'expérience muséale sera plus agréable qu'avant la pandémie.

Si on revient à la normale un jour, ça va peut-être même être difficile de se déshabituer à ces conditions idéales là.

Reprise à un moment opportun

Ça nous donne des ailes, parce que nous attentions et espérions cette nouvelle depuis plusieurs semaines, indique quant à elle Katy Tari, directrice des programmes et services aux publics à Pointe-à-Callière, à Montréal.

Elle précise que dès la fermeture en mars, l'équipe du musée réfléchissait à la réouverture. Les portes seront ouvertes aussitôt que possible aux visiteurs. La reprise arrive d'ailleurs au bon moment pour l'institution qui tire de 40 à 45 % de ses revenus autonomes de la vente de billets.

La saison estivale est une saison extrêmement importante pour nous. C'est certains que nous espérons voir nos publics arriver, poursuit Mme Tari.

C'est une très bonne nouvelle. On est très heureux, affirme pour sa part Yann Dubor, directeur de la mise en marché et du mécénat du Musée de la civilisation de Québec. Là aussi, l'achat de billet en ligne mènera à des visites à heure fixe.

L'établissement en est également à revoir ses parcours en vue de la réouverture le 20 juin.

Il faut s'ajuster, tout ce qui est interactif, toucher, tactile, il faut travailler sur les expositions actuellement pour enlever ces éléments-là, modifier les expositions en conséquence.

Le théâtre reste sur sa faim

Au Théâtre du Trident à Québec, on aurait aimé avoir des indications du taux d'occupation des salles qui sera permis. Car le nombre de spectateurs dictera le choix des productions.

« Une pièce de théâtre, ça se produit en 3 mois quand on se dépêche. On ne veut pas tourner les coins ronds », affirme la directrice artistique, Anne-Marie Olivier, qui souligne l'impatience des artistes à revenir sur scène.

On n'est même plus rendus au plan B, on est rendus au plan M, Y, Z.

Anne-Marie Olivier, directrice artistique du Théâtre du Trident

Il y a également une certaine hésitation à se lancer dans la captation de pièces devant des chaises vides.

« Pour les captations, c'est possible, mais il faut savoir s'il va y avoir un retour progressif en salle, ou si on doit investir les sous qu'on a à produire des formes qui excluent la présence du public », renchérit Anne-Marie Olivier.

Avec les informations de Pascal Poinlane et Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Arts de la scène