•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camps de jour cet été : un défi de taille pour les municipalités

Des enfants et des animateurs qui se tiennent par la main assis en cercle.

Certaines activités typiques des camps de jour ne seront pas possibles cet été en raison de la distanciation sociale (archives).

Photo : Facebook: Sonart Musique

Alors que Québec a autorisé jeudi la réouverture des camps de jour à partir du 22 juin dans la province, il pourrait se révéler difficile de le faire pour les villes et les organismes qui les organisent.

Les règles à respecter pour limiter la propagation de la COVID-19 demanderont davantage de ressources humaines et financières.

Par exemple, les groupes devront être plus petits que d’habitude, et des règles devront être adoptées pour assurer la distanciation physique en tout temps.

Ainsi, les moniteurs ne pourront pas avoir la responsabilité de plus de 10 enfants à la fois. Et les ratios seront encore plus restrictifs chez les tout-petits, ce qui entraînera des besoins importants en main-d'œuvre.

Ratios pour les groupes des tout-petits :

  • 7 enfants maximum chez les 7 à 8 ans;
  • 5 enfants maximum chez les 5 à 6 ans;
  • 4 enfants maximum chez les 3 à 4 ans.

À la Ville de Rimouski, les embauches de moniteurs ont déjà été effectuées.

Selon les prévisions qu’on a, on était corrects au niveau des moniteurs, mais on verra ce qui sera décidé prochainement au conseil municipal, explique la directrice du service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, Karine Desrosiers.

Karine Desrosiers.

Karine Desrosiers, directrice du service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire à Rimouski (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

À Rivière-du-Loup, la Ville a précisé jeudi par voie de communiqué que la réouverture des camps de jour présente de nombreux défis, notamment en ce qui a trait à l'espace disponible et au recrutement de personnel.

Les nouveaux ratios et les diverses procédures qui devront être mises en place soulèvent [...] des enjeux de forte augmentation de la facture globale pour la Ville et du nombre d’employés nécessaires.

Extrait d'un communiqué de la Ville de Rivière-du-Loup

La Ville a d'ailleurs invité les adolescents et les adultes qui souhaitent donner un coup de main à soumettre rapidement leur candidature.

Dans les camps de jour, plusieurs pratiques sont reconsidérées pour s'adapter au contexte de pandémie.

Dans les camps de jour, les groupes seront composés de 10 jeunes et de 1 moniteur (archives).

Photo : getty images/istockphoto / LightFieldStudios

Les villes de Rimouski et de Rivière-du-Loup dévoileront dans les prochains jours les détails entourant le déroulement de leurs camps cet été.

Les camps de jour en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

De son côté, la Ville de Gaspé affirme que ses six organismes de camp de jour analysent présentement la possibilité d’ouvrir en fonction des normes sanitaires inhabituelles qui leur sont imposées. Est-ce qu’ils vont ouvrir avec moins de jeunes, donc moins de financement, ou encore engager plus de moniteurs?, se questionne cependant le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Selon M. Côté, les camps de jour des différentes municipalités présentent des difficultés de recrutement à l’heure actuelle. Ce qu’on entend, c’est que les moniteurs ne courent pas les rues. On est en compétition avec la PCU [Prestation canadienne d'urgence] fédérale, mentionne-t-il.

Je demande à tous les jeunes qui ont du talent à revendre et qui pourraient nous donner un coup de pouce de venir travailler avec nous pour que les plus jeunes aient accès à des services de camp de jour cet été.

Daniel Côté, maire de Gaspé

Cependant, les gestionnaires de camps de jour savent déjà qu’ils devront faire des pieds et des mains pour assurer la sécurité des enfants dans leurs installations, ce qui pourrait engendrer des coûts supplémentaires.

Le maire de Gaspé juge que le gouvernement devrait aider les municipalités et les organismes qui devront débourser davantage pour s’adapter. Le gouvernement a décidé d’ouvrir les camps de jour en imposant des mesures, je pense qu’il doit prévoir un programme d’indemnisations pour aider ces organismes-là à opérer les camps de jour de manière sécuritaire, affirme-t-il.

Daniel Côté qualifie les camps de jour d’essentiels : Les camps de jour facilitent la vie des parents qui seront appelés à retourner au travail, c’est comme la garderie durant l’été.

Le premier ministre François Legault n’a toutefois pas exclu la possibilité d’offrir une aide financière en ce sens aux municipalités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Jeunesse