•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un garçon atteint de cancer découvre le monde grâce à des cartes postales

Mme Connolly serre son fils dans ses bras. Le petit garçon, qui porte un bonnet sur la tête et un appareil médical sur la joue, fait un grand sourire.

Zac lutte contre le cancer depuis l'âge de 2 ans. Ci-dessus, il se trouve avec sa mère, Angela Connolly.

Photo : Gracieuseté/Angela Connolly

Radio-Canada

Un garçon courageux qui lutte contre le cancer et qui rêve de voyager reçoit des cartes postales des quatre coins du monde.

Zac Connolly, 11 ans, vit avec un neuroblastome de stade 4, une forme agressive de cancer. Son rêve d’enfant est de visiter l’Europe.

La famille s’attendait à poursuivre les traitements jusqu’à ce qu’il se porte un peu mieux pour faire ce voyage, mais les médecins ont dit que les traitements n’étaient pas efficaces, explique sa mère, Angela Connolly. Au même moment, dit-elle, la pandémie est survenue et a rendu le voyage impossible.

Le petit garçon est souriant, assis sur une chaise dans un salon.

Zac Connolly reste fort malgré toutes les épreuves, souligne sa mère.

Photo : Gracieuseté/Angela Connolly

La famille a alors pensé à demander des cartes postales. Le grand-père de Zac, qui travaille avec des gens en Europe, leur a demandé d’en envoyer.

Puis, la semaine dernière, la grand-mère du garçon a publié sur Facebook une demande de cartes postales. Sa publication comptait, jeudi après-midi, des centaines de commentaires du public et elle avait été partagée près de 5000 fois.

La famille a donc créé une autre page Facebook nommée Zac's Virtual World Tour, où les gens qui veulent encourager le garçon peuvent lui écrire un message.

Angela Connolly qualifie de renversante la réponse du public. Zac a reçu des cartes postales, des photographies, des enregistrements vidéo et des messages provenant d’un peu partout dans le monde, y compris des messages de personnes qui luttent aussi contre le cancer.

Les gens continuent d’envoyer ces merveilles. C’est incroyable. C’est réellement incroyable, affirme Angela Connolly.

Un garçon inspirant

Zac n’avait que 2 ans quand les médecins ont établi le diagnostic de neuroblastome. Il a réussi à surmonter la maladie, mais une rechute est survenue l’automne dernier.

Le neuroblastome est un monstre. Nous menons le combat de notre vie depuis ce moment. C’est un cancer très agressif, explique Mme Connolly.

Le jeune garçon, toujours souriant, se détend sur un divan.

Zac s'intéresse beaucoup à l'histoire et à la géographie, affirme sa mère.

Photo : Gracieuseté/Angela Connolly

La maladie s’est répandue partout dans le corps du garçon, mais il reste fort malgré tout, souligne sa mère.

Il sourit toujours et il est inspirant. Il cherche chaque jour une source de joie. Il essaie toujours de nous faire sourire aussi, affirme Angela Connolly.

Des messages sources de sourires

L’histoire de Zac touche beaucoup de gens, dont le Canadien Jeff Sehl, 29 ans, qui vit à Genève. Il lui a envoyé cinq cartes postales sur lesquelles il a écrit des histoires. Il raconte des voyages imaginaires effectués avec le garçon en Suisse. Il lui parle de montagnes au sommet enneigé, de forêts et de châteaux.

Zac a probablement besoin d’évasion, d’échapper à la réalité, explique M. Sehl. Il voulait lui offrir des histoires d’aventures de ce genre.

Jeff Sehl tient dans ses mains les cartes postales et un petit chien en peluche.

L'Ontarien Jeff Sehl, de Waterloo, vit en Suisse et il envoie à Zac Connolly cinq cartes postales, un jouet et du chocolat.

Photo : Gracieuseté/Jeff Sehl

Le colis expédié au garçon comprend aussi un Saint-Bernard en peluche et du chocolat suisse, précise M. Sehl.

Le monde entier est en crise à cause de la pandémie, ajoute Jeff Sehl. Il dit être émerveillé de voir autant de gens se rassembler pour avoir un effet positif dans la vie d’une personne.

Le jeune Zac aime beaucoup les messages d’amour qu’il reçoit, indique sa mère. Il ne s’attendait pas à recevoir des messages des quatre coins du monde, dit-elle.

Il sent qu’il a lui-même un effet positif sur le monde, ce qui le fait sourire et remplit mon coeur de joie.

Avec les renseignements d'Alex Cooke, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Engagement communautaire