•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins 66 morts dans l'écrasement d'un Airbus au Pakistan

Des sauveteurs près des débris d’un avion calciné.

Les sauveteurs se rassemblent près de la carlingue calcinée de l’avion qui s’est écrasé sur un quartier résidentiel.

Photo : Getty Images / RIZWAN TABASSUM

Radio-Canada

Au moins 66 personnes ont été tuées dans l’écrasement d’un avion Airbus A320, vendredi matin, dans un quartier résidentiel de Karachi au Pakistan. Les secouristes poursuivent les recherches dans les décombres de l’appareil qui s’est écrasé en tentant des manœuvres d’atterrissage d’urgence.

Après avoir maîtrisé l’incendie qui s’était déclaré dans les débris de l’appareil et des maisons à la suite de l’impact, des équipes de pompiers et de secouristes ont commencé à fouiller les décombres à la recherche de survivants et des corps des passagers et résidents qui se trouvaient dans leurs habitations lorsque l’appareil s’est écrasé.

L’avion de ligne de la compagnie nationale Pakistan International Airlines (PIA), en provenance de Lahore, transportait 91 passagers et 7 membres d’équipage.

Selon la ministre de la Santé du Sindh, Azra Pecho, la tragédie a fait au total 66 morts en comptant les passagers de l’avion et les personnes tuées au sol. Trois survivants ont aussi été retrouvés.

D’après Faisal Edhi, le dirigeant de la fondation Edhi, qui a assisté les secouristes, au moins 42 corps ont été retirés des débris jusqu’à maintenant. D'après nos estimations, il reste environ 50 morts sous les débris, a-t-il déclaré à la télévision pakistanaise.

Des gens transportent une personne sur une civière.

Des volontaires transportent une personne blessée dans l'écrasement de l'avion de Pakistan International Airlines, à Karachi.

Photo : Associated Press / Fareed Khan

L'avion a d'abord heurté une tour de téléphonie mobile et s'est écrasé sur des habitations, a témoigné Shakeel Ahmed, qui se trouvait près du site de l’écrasement

.Je sortais de la mosquée quand j'ai vu l'avion s'incliner d'un côté, a raconté pour sa part Hassan, 14 ans. Les bruits des moteurs étaient assez bizarres. L'avion était si bas que les murs [...] tremblaient , a-t-il ajouté.

D’après le PDG de Pakistan International Airlines, Arshad Malik, l'appareil, un Airbus A320, se trouvait en approche finale de l'aéroport de Karachi quand un incident est survenu.

L'appareil, mis en service en 2004, était la propriété de la compagnie depuis 2014, d'après un communiqué d'Airbus.

La dernière fois que nous avons eu des nouvelles du pilote, il a indiqué qu'il avait un problème technique. On lui a dit [...] que deux pistes étaient prêtes pour l'atterrissage, mais il a décidé de remettre les gaz, a raconté M. Malik.

D'après le ministre de l'Intérieur Ijaz Ahmad Shah, le pilote avait indiqué avoir perdu un moteur avant de lancer un appel de détresse.

L’appareil s’est désintégré au sol à 3,2 kilomètres de l’aéroport où il tentait de se poser.

Une enquête immédiate promise

Des gens portent une dépouille enveloppée d'un drap.

Des secouristes transportent une dépouille hors du site de l'écrasement d'un avion de Pakistan International Airlines, à Karachi.

Photo : afp via getty images / Asif Hassan

L'avion transportait majoritairement des gens qui rentraient chez eux pour l'Aïd-el-Fitr, qui marque la fin du mois sacré du ramadan, la fête la plus importante pour les musulmans, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Shah Mahmood.

Le premier ministre pakistanais, Imran Khan, qui a promis une enquête immédiate sur les causes du drame, s'est dit choqué et attristé par la catastrophe et a présenté ses condoléances aux familles des disparus.

Cette catastrophe survient quelques jours seulement après que le pays eut autorisé la reprise des vols commerciaux internes. Pendant plus d'un mois, les liaisons intérieures avaient été suspendues pour éviter une propagation du coronavirus. De très rares vols internationaux avaient été maintenus.

Des personnes réconfortent un homme assis, la tête entre les mains.

Des personnes réconfortent un parent d'une victime près du site de l’écrasement.

Photo : Getty Images / RIZWAN TABASSUM

Le Pakistan n'a pas une feuille de route parfaite en matière de sécurité aérienne, de fréquents écrasements d'avions et d'hélicoptères civils et militaires s'étant produits au fil des ans.

Le dernier accident aérien d'ampleur au Pakistan remonte à décembre 2016, lorsqu'un avion de ligne de la compagnie nationale PIA effectuant un vol intérieur s'était écrasé dans le nord montagneux du pays, tuant 47 personnes.

L'écrasement le plus meurtrier ces dernières années au Pakistan remonte à 2010. Un Airbus 321 de la compagnie privée Airblue, ralliant Karachi à Islamabad, s'était écrasé dans les collines peu avant l'atterrissage dans la capitale, tuant les 152 personnes à bord.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Écrasement d'avion

International