•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention aux vols d’identité liés à la Prestation canadienne d’urgence

Les témoignages de Canadiens victimes d'une fraude à la PCU se multiplient. Justin Trudeau assume le risque de brèches provisoires.

Un homme pose ses mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité.

Les fraudeurs ont ouvert des comptes au nom des victimes pour toucher la PCU.

Photo : iStock

Le Centre antifraude du Canada dénombre une cinquantaine de signalements de vols d'identité liés à la Prestation canadienne d'urgence (PCU) depuis la mi-avril. Il estime que ce n'est que la pointe de l’iceberg.

En quelques heures, Radio-Canada a recueilli les témoignages d'une dizaine de victimes de Montréal à Calgary, en passant par Ottawa.

Le montréalais Éric K. Boulianne s'est rendu compte de la fraude en accédant au site de l'Agence du revenu du Canada (ARC) pour y faire sa demande de PCU, l'aide financière offerte aux travailleurs victimes des contrecoups de la COVID-19.

Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir que quelqu’un avait déjà encaissé deux chèques de 2000 $ à son nom dans un compte en banque qui ne lui appartient pas. Sur mon profil, toutes mes informations bancaires avaient été changées, raconte-t-il.

Le fraudeur avait manifestement mes informations de permis de conduire et mon numéro d'assurance sociale. C’est ce qui lui a permis de faire la demande à ma place.

Éric K. Boulianne, victime d'un vol d'identité lié à la PCU

Léa Pascal, d'Ottawa, s'est rendu compte de la fraude en constatant que la subvention salariale pour son entreprise n'avait pas été versée. En consultant son dossier de l'ARC, elle a découvert qu'elle avait été inscrite à son insu au versement de la PCU. Déjà 6000 $ avaient été payés dans un compte qu'elle ne possède pas.

Les fonctionnaires de Revenu Canada apparaissaient complètement dépassés quand je leur ai téléphoné.

Léa Pascal, victime d'un vol d'identité lié à la PCU

Émilie Corbeil, de Saint-Sauveur, a été alertée quand elle a constaté ne pas avoir reçu le versement de l'Allocation canadienne pour enfants. Dans son dossier de l'ARC, elle a trouvé deux dépôts d'un total de 4000 $ dans un compte à son nom, mais ne lui appartenant pas, au People's Trust de Vancouver.

Elle est parvenue à faire fermer le compte frauduleux auprès de la banque, mais elle a maintenant peur d'être accusée de fraude par le gouvernement canadien.

Je n’ai jamais demandé la PCU, puisque je n’y ai pas droit, je travaille.

Émilie Corbeil, victime d'un vol d'identité lié à la PCU

Audrey Larivière, de Calgary, est au contraire admissible à la PCU, mais elle se surprenait de ne pas l’avoir encore reçue. Elle a constaté dans son dossier que des fraudeurs avaient ouvert un nouveau compte avec son numéro d’assurance sociale à la banque Tangerine. Elle a depuis contacté cette institution pour fermer le compte frauduleux et a même pu recevoir sa PCU.

Combien de fraudeurs se cachent derrière les 8 millions et plus de Canadiens qui ont touché la PCU?

Selon le Centre antifraude du Canada, plus d’une cinquantaine de Canadiens ont signalé des fraudes à la PCU. Mais c’est une partie minime des cas qui nous sont signalés, indique l’officier responsable par intérim, le sergent Guy Paul Larocque. C’est probablement beaucoup plus important que ça.

Ce qui n'aide pas les victimes, c'est que le Centre antifraude fonctionne au ralenti en raison de la COVID-19. Les plaignants sont invités à communiquer avec leur service de police local et leur institution financière.

Du côté de la GRC, on se dit au courant d'incidents de fraude d'identité liés à la PCU. La GRC ne peut pas commenter sur des cas spécifiques qui pourraient être sous enquête. Les victimes de fraude doivent dans un premier temps faire un signalement à leur service de police local et au Centre antifraude du Canada. Nous encourageons aussi les victimes de fraude d'alerter Service Canada afin d'arrêter les versements non autorisés. Si des victimes soupçonnent qu'un compte bancaire fut ouvert à [leur] insu, elles doivent également alerter l'institution financière en question, a déclaré la police fédérale vendredi.

Justin Trudeau savait qu'il y aurait des fraudes

Justin Trudeau devant sa résidence à Ottawa.

Le premier ministre Justin Trudeau lors d'un point de presse

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Questionné jeudi matin lors de sa conférence de presse quotidienne, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a admis d’emblée que son gouvernement avait priorisé la rapidité des paiements plutôt que la lutte contre les fraudeurs.

On savait qu'il y avait une possibilité que certaines personnes essaient de frauder le système, et donc nous avons mis en place des mesures, non pas pour filtrer avant, ce qui aurait ralenti de plusieurs mois la livraison de cet argent urgent et essentiel, mais on a mis en place des mesures pour déceler et reprendre cet argent au fur et à mesure que la pandémie continue.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Justin Trudeau promet que les fonctionnaires de l'Agence du revenu travaillent fort pour retrouver l'argent, car la fraude est inacceptable et il y aura des conséquences.

Le directeur de la recherche pour Flare Systems, une entreprise montréalaise qui aide notamment les institutions financières à prévenir les vols de données, David Décary-Hétu, n'est pas surpris que le programme de Prestation canadienne d'urgence soit la cible des fraudeurs.

Évidemment, quand on parle de programme gouvernemental, il y a toujours un continuum entre la sécurité et la rapidité. Et ici, le gouvernement a visiblement fait le pari de la rapidité. Je pense que, dans les circonstances, c'était le choix à faire.

David Décary-Hétu, directeur de la recherche pour Flare Systems

Des victimes du vol de données de Desjardins

Symbole montrant une main qui tient une carte d'accès à un guichet.

Le vol de données chez Desjardins a touché 4,2 millions de membres particuliers et d'entreprises.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La dizaine de témoins qui se sont confiés à Radio-Canada ont un point commun : ils ont tous été victimes du vol de renseignements personnels de Desjardins en 2019. Plusieurs se demandent s'il y a un lien.

Il est très difficile de faire un lien direct entre un cas de fraude ou de vol d’identité et la fuite de renseignements personnels de Desjardins.

Jean-Benoit Turcotti, porte-parole du Mouvement Desjardins

Desjardins rappelle que d’autres grandes entreprises ont subi des vols de données ces derniers mois et que les informations personnelles ont donc pu être subtilisées de multiples façons.

Ça peut venir de nos compagnies de téléphone, de nos banques ou de nos gouvernements, qui n’ont pas toujours été les meilleurs pour protéger nos informations, dit l'expert David Décary-Hétu. On parle en fait de milliards de dossiers personnels qui sont coulés chaque année.

La plupart de nos témoins sont déjà parvenus à faire fermer les comptes frauduleux ouverts à leur nom et à obtenir leur PCU quand ils y avaient droit.

Même si plusieurs déplorent de ne pas avoir été alertés par des systèmes Equifax ou TransUnion, offerts par Desjardins, l'institution tient à les rassurer. Les membres et clients de Desjardins bénéficient de la protection en cas de fraude, ou de vol d’identité, ils sont accompagnés dans leur démarche, dit le porte-parole du Mouvement, Jean-Benoit Turcotti.

L'institution bancaire n’a pas voulu nous dire si elle enquête ou non au sujet de ces fraudes à la PCU, précisant simplement qu'elle n’a pas constaté de hausse importante des cas de fraude qui lui sont signalés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie

Société