•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des professionnels de la santé indépendants n’arrivent pas à trouver assez de masques

Deux femmes dans un cabinet de dentiste, les deux portant masque et visière, l'une dans une jaquette blanche et l'autre dans une jaquette jaune.

Les dentistes offrent toujours des soins urgents en Ontario.

Photo : Courtoise

Jean-Loup Doudard

Plusieurs professionnels de la santé ontariens éprouvent des problèmes à se procurer de l’équipement de protection individuel (EPI).

Bien que les commerces au détail avec pignon sur rue sont ouverts depuis plusieurs jours en Ontario, les travailleurs de la santé tels que les dentistes, les physiothérapeutes et les nutritionnistes n’ont pas encore reçu le feu vert de la province.

Certains, comme Roch St Aubin, chirurgien dentiste, tentent tout de même de commander des masques médicaux pour les opérations urgentes, sans succès.

J’étais au téléphone avec un fournisseur et il m’a dit qu’il y avait rupture de stock pour trois à quatre mois.

Dr Roch St Aubin, chirurgien dentiste

Le Dr St Aubin tente également de trouver de l’équipement pour les opérations non urgentes, même si la province n’a pas encore donné de date pour la remise en vigueur de celles-ci.

Les procédures mineures comme un examen ne nécessitent qu’un masque et des gants, mais pour les opérations plus complexes, comme celles qui requièrent une fraise dentaire, les dentistes devront porter un masque N95, une visière, des gants et une blouse, explique le Dr St Aubin.

Roch St-Aubin en entrevue dans les studios de Radio-Canada.

Les fournisseurs du dentiste Roch St Aubin sont en rupture de stock.

Photo : Radio-Canada / Joel Ashak

La députée provinciale néo-démocrate France Gélinas dit avoir reçu beaucoup d’appels de préposées aux soins à domicile qui ne parviennent pas à trouver ce genre de matériel.

Il y en a une qui me disait : "j’utilise peut-être 10 masques N95 par année, puis là j’aimerais ça en avoir au moins 10 par jour !", raconte-t-elle.

Les chaînes d’approvisionnement ne fonctionnent plus pour les professionnels de la santé indépendants, qui dépendent désormais du gouvernement pour les approvisionner, soutient la députée.

À Queen’s Park mardi, la ministre de la Santé Christine Elliott a maintenu qu’il y a un mécanisme pour aider les travailleurs de la santé à se fournir en équipement médical.

Nous avons un système de livraison pour les hôpitaux, les centres de soins de longue durée s’ils ont besoin d’EPI.

Christine Elliott, ministre de la Santé de l’Ontario

Mais ce système de livraison ne fonctionne pas partout, selon l’opposition néo-démocrate. Les hôpitaux du Nord viennent en aide aux foyers de soins de longue durée, mais ne vont pas plus loin, explique la députée Gélinas.

Il faut avoir un centre de distribution local. Les petits hôpitaux du nord sont prêts à jouer ce rôle-là, mais le gouvernement ne leur a pas demandé de jouer ce rôle-là, dit-elle.

une dame avec un veston vert, des cheveux mi-longs blonds

La ministre de la Santé soutient que le gouvernement fournira de l'équipement de protection individuel aux travailleurs de première ligne qui en ont besoin.

Photo : Radio-Canada

Une rencontre à cet effet est prévue entre le gouvernement et l’opposition vendredi midi.

Une réouverture floue

Les phases de déconfinement du gouvernement Ford ne précisent pas quand ni comment les soins de santé non urgents pourront reprendre leurs activités.

L’absence de critères contribue à l’incertitude, selon le chirurgien dentiste Michel Gravel.

C’est difficile de faire des préparatifs parce qu’on n’a pas non plus d’indication de ce qu’il va falloir faire en termes de prévention. On nous a conseillé de ne pas faire de dépenses à ce point-ci parce que ça pourrait être des choses inutiles.

On attend de voir ce que le gouvernement va nous imposer et après ça, on va devoir se préparer assez vite, j’imagine, ajoute le Dr Gravel.

Le chirurgien dentaire de Kapuskasing anticipe lui aussi des problèmes d’approvisionnement si ses portes viennent à rouvrir bientôt.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Santé publique