•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie coûte cher à la Ville de Laval

Les impacts financiers de la COVID-19 sont évalués par la Municipalité à un peu plus de 60 millions.

M. Demers en conférence de presse.

Le maire Demers craint pour les finances de Laval.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Comme plusieurs maires, Marc Demers se retrouve aujourd'hui dans une situation bien délicate.

C'est que le nouveau coronavirus pèse lourd sur les coffres de la Ville de Laval. La COVID-19 a notamment fait chuter ses revenus tirés des droits de mutation (la fameuse « taxe de bienvenue ») et provoqué un déficit anticipé de 22,4 millions de dollars à la Société de transport de Laval (STL). En tout, les impacts financiers de la pandémie sont estimés à 60,4 millions de dollars.

Or, la loi québécoise interdit aux municipalités de rédiger des budgets déficitaires.

Marc Demers risque donc de devoir prendre des décisions difficiles en vue de l'an prochain. Le choix qui va me rester dans le budget [de 2021], c'est soit de baisser les services ou d'augmenter les taxes, a-t-il expliqué en fin de journée à Patrice Roy sur ICI RDI.

Laval, l’autre épicentre de la pandémie au Canada : entrevue avec Marc Demers

Heureusement, l'administration municipale a réalisé un surplus de 58,9 millions de dollars pour l'année 2019. On va assumer ce qu'on est capable d'assumer, a indiqué le maire Demers.

Selon lui, Québec et Ottawa auront toutefois un rôle à jouer, non seulement pour renflouer le trésor lavallois, mais pour venir en aide à l'ensemble des municipalités qui, comme la sienne, voient glisser entre leurs doigts d'importantes sources de revenus ces jours-ci.

Dans tous les cas, le maire Demers souhaite ne pas avoir à hausser l'impôt foncier. En fait, il espère même pouvoir le maintenir à son niveau actuel. Bien que nous ne puissions nous engager dès maintenant à un gel de taxes, c'est notre intention, écrit la Ville dans un communiqué.

Je pense que s'il y a une année où l'on doit essayer de ne pas augmenter les taxes, c'est cette année, dû aux difficultés financières de nombreuses familles.

Marc Demers, maire de Laval

Présent aux côtés du premier ministre Legault lors de sa conférence de presse quotidienne sur l'état de la pandémie, qui se tenait jeudi à Montréal, M. Demers a brièvement pris la parole pour souligner que Laval avait recensé jusqu'à maintenant 4950 cas d'infection par la COVID-19 et 475 victimes de la maladie.

M. Legault a pour sa part confirmé que le gouvernement du Québec avait conclu une entente avec Laval afin de distribuer à la population 250 000 masques, qui pourront notamment servir dans les transports en commun, où le port du couvre-visage est « fortement » recommandé.

La situation s'est aggravée sur l'île Jésus, qui a maintenant dépassé l'agglomération de Montréal en nombre de cas d'infection par habitant.

Le taux de décès en CHSLD inquiète particulièrement les autorités : selon une analyse réalisée par Radio-Canada, au moins 1 résident sur 7 est mort de la COVID-19 à Laval, comparativement à 1 sur 9 à Montréal.

Afin de bien prendre le pouls de la transmission communautaire, le CISSS de Laval a ouvert récemment deux cliniques de dépistage : à l'aréna Cartier, dans le secteur Point-Viau-Laval-des-Rapides, et à l'aréna Pierre-Creamer, dans le secteur Chomedey. Une troisième a ouvert ses portes jeudi à l'aréna Saint-François, dans le nord de la ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Coronavirus