•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise des chirurgies : le Concorde en renfort pour libérer des lits

1b8d1869ce7742268fffbbf941b8c400

L'hôtel Le Concorde accueille depuis lundi des patients qui terminent un séjour à l'hôpital

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

L'hôtel Le Concorde n'est plus seulement un centre de convalescence pour les patients atteints de la COVID-19. Il a désormais une seconde mission : libérer des lits dans les hôpitaux pour la reprise des chirurgies annoncée cette semaine par la ministre de la Santé.

Depuis lundi, des patients qui complètent un séjour à l'hôpital, mais qui ne peuvent pas immédiatement retourner dans leur CHSLD ou leur résidence privée pour aînés, sont transférés au Concorde, à Québec.

Il peut s'agir, par exemple, de personnes ayant subi une chirurgie de la hanche ou qui se remettent d'une pneumonie, selon Julie Mercier, adjointe à la direction des soins infirmiers et de la santé physique au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSS).

Les gens, on les accueille ici au Concorde pour une période d'environ 14 jours pour s'assurer qu'ils ne développent pas le virus [...] avant qu'ils puissent retrouver leur milieu d'origine.

Sur la cinquantaine de patients qui sont actuellement au Concorde, près d'une vingtaine sont issus de cette opération qui vise à libérer de lits d'hôpitaux pour faciliter la reprise des chirurgies.

La demande est toujours en augmentation donc on devrait en admettre pas loin d'une cinquantaine de plus dans les prochains jours, les prochaines semaines.

Julien Mercier, adjoint à la direction des soins infirmiers et de la santé physique au CIUSSS de la Capitale-Nationale

À travers tout le Québec, la pandémie de COVID-19 a entraîné le report d'environ 68 000 chirurgies jugées non urgentes.

a1f78eb7d9ab4f2d8d90670652349ebb

Une soixantaine d'employés du réseau de la santé sont actuellement affectés au Concorde. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Unités dédiées

Cette zone tampon mise en place au Concorde signifie que des patients qui ne sont pas atteints de la COVID-19 sont transférés dans le même établissement que des patients ayant contracté la maladie.

Mme Mercier se veut toutefois rassurante : les deux clientèles ne sont pas mélangées à l'intérieur du bâtiment. Des étages sont dédiés aux patients atteints de la maladie, et d'autres sont réservés pour ceux qui sortent tout juste de l'hôpital.

Une soixantaine d'employés du réseau de la santé sont actuellement affectés au Concorde. Encore là, les équipes ne se promènent pas d'une zone à l'autre.

Ce sont toujours les mêmes qu'on retrouve dans chacune des zones et ils utilisent aussi des ascenseurs qui leur sont propres.

Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la santé physique au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Depuis l'ouverture du centre de convalescence du Concorde, à la mi-avril, aucun des employés présents sur les lieux n'a contracté la COVID-19, selon Mme Mercier.

Ajustements quotidiens

Si les cas de contamination à la COVID-19 devaient repartir en hausse dans la population ou si davantage de lits d'hôpitaux devaient être libérés pour les chirurgies qui reprennent, le Concorde pourrait atteindre une capacité de 150 places.

On est davantage proactif plutôt que réactif, illustre Mme Mercier. On suit la situation de près et on s'ajuste au quotidien.

À ce moment-ci, aucune date n'est prévue pour que le Concorde cesse d'être utilisé comme centre de convalescence ou comme zone tampon pour la reprise des chirurgies, précise Mme Mercier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus