•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fonctionnaires des T.N.-O. en télétravail pour encore quelque temps

Le centre-ville de Yellowknife.

À Yellowknife, comme ailleurs sur le territoire, peu de fonctionnaires sont appelés à réinvestir leur lieu de travail.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a rendu public son plan de retour au travail vendredi dernier et les employés risquent de ne pas revoir leurs bureaux pendant encore quelque temps.

Ce plan, intitulé Retour sur le lieu de travail, détaille ce qui attend les quasi 6000 employés gouvernementaux alors que le territoire lève petit à petit les restrictions en ce qui concerne les rassemblements publics.

Selon le document, la sécurité reste la priorité du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, c’est pourquoi les employés ne retourneront pas tous en même temps sur leur lieu de travail.

Le gouvernement territorial entend adopter une approche prudente et lente en ce qui concerne le retour des employés dans ses locaux, pour que ce dernier se passe de la meilleure des manières, peut-on lire au début du document.

C’est aux cadres d’évaluer les situations au cas par cas et de décider qui devra être physiquement présent à son bureau, en tenant compte des facteurs tels que les compétences des employés, leur niveau de productivité en télétravail et des aspects plus personnels qui peuvent inclure la situation de garde d’enfants ou si la personne est considérée comme à risque, si elle présente des problèmes de santé mentale ou encore si elle est malade ou en isolement, précise le document.

Les Territoires du Nord-Ouest sont actuellement dans la phase 1 du plan de déconfinement. Celle-ci permet aux travailleurs non essentiels de retourner dans les immeubles de bureaux en ne dépassant pas une limite de 10 personnes par étage.

Cette phase voit également la réouverture des musées, des camps d’été, des bibliothèques et des aires de fréquentation diurne des parcs territoriaux, des services d'habitudes assurés par des employés gouvernementaux.

La plupart des fonctionnaires appelés à rester chez eux

Le document note que les personnes essentielles à ces services, à savoir celles qui offrent un soutien direct, pourront revenir sur leur lieu de travail, mais précise que dans bon nombre de cas « le retour de tous les employés d’une même équipe ne sera pas nécessaire ».

Les employés qui retourneront physiquement au travail devront dans tous les cas remplir une évaluation des risques et leurs superviseurs devront eux aussi en remplir une en ce qui concerne leurs espaces de travail.

Le document rappelle aussi que les employés concernés devront faire face à tout un tas de petits désagréments quotidiens tels que se limiter à la présence d’une seule personne dans un ascenseur et d’utiliser au minimum les espaces communs comme la cuisine, dans laquelle les chaises seront retirées.

Pour le reste des employés, il n’y aura pas de grands changements. Les employés devront continuer à travailler de chez eux si cela n'interrompt pas le service qu’ils offrent ou si des ajustements mineurs peuvent être opérés sur leur station de télétravail afin de remédier à toute interruption, détaille encore le document.

Les employés territoriaux continueront à travailler de chez eux, même quand la phase 2 sera amorcée. Celle-ci devrait commencer mi-juin, et devrait autoriser plus de retours sur le lieu du travail (25 personnes par étage).

Le service en salle des restaurants devrait reprendre et les théâtres et programmes de jour qui ont lieu en intérieur devraient aussi pouvoir rouvrir.

Le document n’a en revanche aucune précision à apporter pour la phase 3, qui pourrait être mise en place dès juillet, en fonction de l’évolution des circonstances sanitaires.

Avec les informations de John Last

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !