•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des inspections aléatoires attendent les commerçants de la Colombie-Britannique

Plus de 15 000 inspections ont été effectuées dans la province depuis le début de l'année.

La propriétaire du magasin "The Federal", Colette Griffiths, place des produits contre la vitrine.

Le gouvernement veut s'assurer que les entreprises respectent les directives sanitaires et que les clients se sentent en confiance lorsqu'ils s'y présentent.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Le ministre du Travail, Harry Bains, prévient les commerçants britanno-colombiens de s'attendre à des inspections sanitaires aléatoires, tout en réitérant l’importance de suivre les consignes établies par les autorités en période de pandémie de la COVID-19.

Au lendemain de la réouverture partielle de certains commerces, l’agence de sécurité et de santé au travail de la Colombie-Britannique, WorkSafeBC, déploie plus de 300 inspecteurs qui assureront le respect des lignes directrices énoncées la semaine dernière.

Des inspections aléatoires auront lieu [et] elles se produiront n'importe où.

Harry Bains, ministre du Travail de la Colombie-Britannique

Plus de 15 000 inspections

Déjà, le nombre d'inspections a doublé dans la province depuis le début de la pandémie. Entre le 22 mars et le 16 avril, plus de 8700 inspections ont été effectuées dans la province.

À la même période l’an dernier, on en comptait 4000. Si en 2019, 10 000 inspections ont été rapportées, on en dénombre déjà 15 000 depuis le début de l’année en cours.

Un client masqué au Caffé La Tana à Vancouver.

Mardi, la phase 2 de la reprise économique est entrée en vigueur, permettant à de nombreux de commerces de rouvrir leurs portes.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Le gouvernement veut ainsi s'assurer que les entreprises disposent des meilleures mesures de sécurité et que les consommateurs peuvent se sentir en confiance lorsqu’ils y entrent.

Que ce soit dans un restaurant, un salon de coiffure ou un fournisseur de services, ils seront tenus de suivre ces directives, car nous ne voulons pas être contraints de fermer les entreprises à nouveau.

La paralysie économique, ajoute-t-il, n'est pas souhaitable pour ces entreprises comme pour les travailleurs qui en dépendent.

Un chef de file au pays

La semaine dernière, WorkSafeBC a publié des lignes directrices que doivent respecter les entreprises et les organisations en vue de leur réouverture.

Ces directives s'inscrivent dans un plan fait par et pour la Colombie-Britannique, qui répond à nos besoins, rappelle M. Bains, qui estime néanmoins que la province peut servir de modèle au pays.

La Colombie-Britannique est maintenant bien placée pour diriger le pays dans l'effort de déconfinement.

Harry Bains, ministre du Travail de la Colombie-Britannique

Mardi, la Colombie-Britannique est entrée dans la phase 2 de son plan de relance économique. De nombreuses entreprises et espaces publics ont rouvert, notamment les restaurants. Les écoles accueilleront de nouveau des élèves à compter du 1er juin.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Entrepreneuriat