•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Microsoft construit un superordinateur parmi les 5 plus puissants pour développer l’IA

Plusieurs rangées d'étagères dans lesquelles se trouvent de très nombreux serveurs informatiques.

Microsoft a donné peu de détails sur son superordinateur (qui n'est pas représenté sur cette image).

Photo : iStock

Radio-Canada

Microsoft a révélé cette semaine avoir bâti un superordinateur, qui figure parmi les cinq plus puissants au monde, selon l’entreprise, qui sera mis au service de la recherche en intelligence artificielle (IA) en collaboration avec le laboratoire OpenAI.

L’annonce a été faite lors de la conférence internationale de développement de Microsoft intitulée Build 2020, qui s’est tenue de manière virtuelle mardi.

Elle fait suite à l’annonce, l’été dernier, d’un investissement de 1 milliard de dollars de la part de Microsoft dans un partenariat avec OpenAI.

Le géant informatique a fourni peu de détails sur le superordinateur, dont on ne connaît pas le coût. Ce qu’on annonce : il compte 285 000 cœurs de processeurs (les ordinateurs sur le marché en ce moment en comptent généralement de 4 à 10), 10 000 processeurs graphiques et a une capacité réseau de 400 gigabits par seconde par serveur.

L’ordinateur est connecté au service d’infonuagique de Microsoft, Azure, et sera dédié uniquement à la recherche menée par OpenAI, le laboratoire d’intelligence artificielle fondé en 2015 par Elon Musk, entre autres. Ce dernier a, depuis, quitté le conseil d’administration de l’organisation.

La quête de l'intelligence artificielle forte

OpenAI travaille à créer des modèles d’intelligence artificielle capables d’accomplir des tâches complexes où l’être humain est, pour l’instant, plus habile et efficace : la résolution d’énigmes ou l’apprentissage et la compréhension des langues, par exemple. On nomme ce concept l'intelligence artificielle forte (artificial general intelligence, en anglais).

Ce qui est excitant à propos de ces modèles, c’est le large éventail de possibilités qu’ils permettent, a indiqué le directeur technique de Microsoft, Kevin Scott, dans un billet de blogue (Nouvelle fenêtre).

Le but est de pouvoir faire une centaine de choses excitantes dans le domaine du traitement des langages naturels, et en même temps, faire une centaine de choses excitantes dans le domaine de la vision par ordinateur [vision artificielle].

Quand on commencera à voir des combinaisons entre ces deux domaines, on pourra découvrir de nouvelles applications [à l’intelligence artificielle], qui sont même difficiles à imaginer en ce moment.

Avec les informations de Yahoo Finance, et TechCrunch

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !