•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto veut mieux contrer la violence armée

John Tory parle devant un microphone.

Le maire Tory dit vouloir préparer des plans pour mieux contrer la violence armée à Toronto.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire John Tory affirme que la violence armée qui continue de sévir à Toronto est très préoccupante, des fusillades se produisant malgré les mesures de confinement.

Je suis très inquiet de la prévalence de la violence armée dans la ville et des conséquences pour les victimes, a affirmé John Tory lors d'une conférence de presse à la mairie mercredi.

M. Tory a rencontré le chef de la police de Toronto, Mark Saunders, mardi pour discuter du problème. Ils ont parlé des mesures mises en place pour éviter de nouvelles morts et blessures par balle.

Je vais travailler avec lui afin de m'assurer que nous avons les ressources nécessaires pour mettre en place des plans, comme ceux en place en ce moment, mais aussi pour les améliorer afin de combattre cette violence, affirme M. Tory

La Ville dit travailler sur de nouveaux programmes communautaires pour diminuer la violence armée, a ajouté le maire.

Selon M. Tory, la violence armée est un problème grave, en partie à cause des bouleversements qu'elle provoque dans les quartiers.

Mardi soir, deux jeunes de 15 ans ont été blessés dans le secteur de Jane et Finch et deux autres fusillades ont aussi eu lieu pendant la même soirée à Toronto.

Un travailleur communautaire craint un pic de violence

Sean Mauricette, un travailleur communautaire qui intervient auprès des jeunes, pense que la violence armée pourrait être liée à des personnes ayant perdu leur emploi, à des familles restées au foyer à cause de la COVID-19 et à de la violence domestique.

Il a ajouté que la ville pourrait connaître une augmentation de la violence cet été, car les centres communautaires sont fermés et les programmes pour les jeunes sont annulés à cause de la pandémie.

Un homme est assis sur une chaise près d'un piano.

Sean Mauricette craint une résurgence de la violence armée en raison des conséquences de la pandémie sur les familles.

Photo :  CBC

Ce sont des conditions parfaites pour une montée de la violence, a-t-il affirmé.

M. Mauricette explique qu'il y a déjà une augmentation de la toxicomanie et de la violence domestique à Toronto, tout le monde étant à la maison en raison de la pandémie.

S'il y a un pic de la violence domestique, il y aura des enfants qui en seront témoins. Lorsqu'ils quittent la maison, ils emportent potentiellement ces comportements avec eux. Tout est donc lié et nous devons en être conscients, croit-il.

La pandémie a également laissé des familles en difficultés financières, ce qui signifie que les travailleurs sociaux ne peuvent pas joindre leurs clients au téléphone.

Vous ne pouvez pas joindre certains d’entre eux parce que les factures de cellulaire sont impayées. Les parents ne peuvent pas se permettre de payer le téléphone quand ils doivent nourrir leur famille, explique-t-il.

Sean Mauricette déclare que la Ville doit comprendre que la pauvreté est un facteur de violence. Il ajoute que de nouveaux moyens sont nécessaires pour atteindre les jeunes afin de protéger leur santé physique et mentale alors que la pandémie se poursuit.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !