•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 au Bic : ceux qui ont eu des contacts étroits avec le virus ont été avertis

La façade du magasin.

Le marché Richelieu Brillant du Bic demeure fermé pour le moment.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Selon le directeur de santé publique du Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc, toutes les personnes qui ont eu des contacts importants avec l’employé atteint de la COVID-19 au Marché Richelieu Brillant du Bic ont été jointes.

En tout, sept employés de l'épicerie et 25 autres personnes ont été contactés par la santé publique.

Le Dr Sylvain Leduc a tenu à se faire rassurant, en rappelant qu’il aurait fallu être en contact rapproché pendant 15 minutes avec l'employé touché pour être infecté. Le risque est donc faible, selon lui.

Si vous n’avez pas été contacté, c'est que vous n’êtes pas à risque. Mais si vous ressentez des symptômes, contactez le 1 877 644‑4545.

Dr Sylvain Leduc, directeur de santé publique du Bas-Saint-Laurent

On demande donc aux personnes qui ont fréquenté le marché entre le 1er et le 16 mai de surveiller les symptômes qui ont pu apparaître 14 jours après leur visite dans le commerce. Ces personnes devraient être alertes et consulter en cas de doute.

Le directeur régional de santé publique rappelle que ces symptômes sont principalement la fièvre, la toux, la fatigue et la perte de l’odorat dans certains cas.

Il invite les résidents à ne pas céder à la panique en rappelant que l'épicerie en question avait déjà, et aura toujours, des mesures en place incluant des barrières de plexiglas, une station de lavage de main et des employés qui arborent des masques en tout temps.

Une dame devant la porte lit le message de fermeture.

Les clients doivent rebrousser chemin devant les portes closes.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Le marché est fermé depuis mercredi pour décontamination.

On voit beaucoup de gens inquiets, ajoute le médecin. Le fait d'avoir fréquenté l’épicerie dans la période du 1er au 16 mai ne signifie pas que vous êtes malade et que vous devez vous isoler. Les enfants ne doivent pas s’interdire d’aller à l’école, indique le Dr Leduc.

Le directeur régional de santé publique assure que ce cas n'est aucunement lié à la levée des points de contrôle de La Pocatière. De plus, il mentionne que la personne atteinte n’a pas voyagé à l’extérieur.

« Avoir une vie normale »

Virginie Proulx, conseillère municipale, secteur du Bic

Virginie Proulx, conseillère municipale, secteur du Bic

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

La conseillère municipale du secteur du Bic, Virginie Proulx, souligne l’attitude proactive des propriétaires de l’épicerie.

Il faut continuer à avoir confiance dans notre épicerie de village, qui prend les mesures pour s’assurer que ça ne se reproduise pas et pour protéger la population, dit-elle.

Les risques ne sont pas immenses d’aller à l’épicerie. On peut faire confiance aux propriétaires et aux mesures mises en place et continuer à avoir une vie normale.

Virginie Proulx, conseillère municipale du secteur du Bic

Selon elle, ce que la population doit aussi retenir, c'est qu’il est important de rester prudent et d’écouter les recommandations de santé publique, même si on parle de déconfinement progressif.

Avec les informations d'Isabelle Damphousse

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Coronavirus