•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'importantes contraintes pourraient compromettre les camps de jour cet été

Des monitrices devant un groupe de jeunes dans un camp de jour.

Certains camps de jours hésiteraient à ouvrir leurs portes cet été (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Même s'il est très probable que le gouvernement permette l'ouverture des camps de jours cet été, certains gestionnaires de camps hésitent encore à relancer leurs activités et à accueillir des jeunes en ce contexte de pandémie.

Isabelle Roy, de l'Unité régionale du loisir et du sport (URLS) de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, a rencontré dernièrement plusieurs gestionnaires de camps. Selon elle, la majorité de ceux-ci n'ont pas encore décidé s’ils ouvriraient leurs portes cet été.

Récemment, un guide de directives pour les camps a été préparé par l’Association des camps du Québec et approuvé par la Direction générale de la santé publique (DGSP)du Québec. Pour y répondre, les camps de jour font face à un défi de taille, estime Isabelle Roy.

[Le guide de directives], c’est très lourd comme document à absorber, dit-elle.

Exemples de mesures indiquées dans le Guide de relance des camps en contexte de COVID-19

  • Des ratios animateur/enfants allant de 1/4 pour les 3 et 4 ans à 1/10 pour les 9 ans et plus
  • Respecter une distance de deux mètres entre les personnes
  • Réduire au minimum l’usage des transports en commun
  • Éviter les jeux où il y a passation d’objets et, si impossible, les désinfecter entre chaque transmission

En entrevue à l’émission Bon pied, bonne heure!, Isabelle Roy a expliqué la complexité des protocoles à mettre en place pour éviter la propagation de la COVID-19.

Il faut revoir d’un bout à l’autre le parcours d’un jeune qui se rend dans un camp et se questionner, comment il peut infecter le moins de personnes sur son parcours

Isabelle Roy, conseillère en loisir et responsable des camps de jour à l'URLS de la Gaspésie

Une chose est cependant certaine : si les camps de jours sont autorisés cet été, ils seront transformés pour faire face à la nouvelle réalité imposée par la pandémie.

Un côté un peu plus positif, à mon avis, c’est que ça va être un été extérieur. Les jeunes, s’il y a moyen qu’ils mangent dehors, s’il y a moyen qu’ils passent le plus de temps possible à l’extérieur, ça va être favorisé, indique Mme Roy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Jeunesse