•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ventes de vélos explosent, mais la pandémie nuit aux chaînes d’approvisionnement

Plan serré des roues avant de deux bicyclettes devant la boutique Sampson's Sporting Life.

Des vélos se vendent comme des petits pains chauds partout à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Darren Bernhardt

Radio-Canada

Faire du vélo est parmi le petit nombre d’activités qui restent permises lors de la pandémie. Au Manitoba, cela a eu pour résultat une forte hausse des ventes de vélo. Cependant, certains craignent que la pandémie provoque aussi une pénurie de bicyclettes.

En quelque sorte, les vélos sont devenus le nouveau papier toilette, lance le propriétaire de Sampson’s Sporting Life à Winnipeg, Dean Sampson. Depuis 1964, sa famille est propriétaire de la boutique spécialisée en vélos et en skis.

Mais en 50 ans, je n’ai jamais vu ça, dit-il. Impossible de se procurer un vélo de moins de 1200 $ sur toute la chaîne d’approvisionnement, poursuit M. Sampson.

La pandémie a provoqué l’annulation de nombreux événements estivaux, des restrictions concernant les voyages et une méfiance des transports publics. De plus, toutes les salles de sport intérieures sont fermées, dit-il, et beaucoup se tournent vers le vélo en guise d’exercice.

M. Sampson avait commandé plus de vélos que la normale cette année, un pari gagné, selon lui.

Tim Woodcock, le propriétaire de Woodcock Cycle Works à Winnipeg fait le même constat. En prévision des effets de la pandémie en Chine, il avait commandé davantage de vélos que la normale.

Si le vélo vient du Vietnam, du Bangladesh ou de Taiwan, la chaîne d’approvisionnement passe toujours par la Chine. C’est de là que viennent la plupart des pièces, dit-il. M. Woodcock ne s’attend pas à pouvoir s’approvisionner en bicyclettes avant le mois d’août.

Le défi de la distanciation physique

Tim Woodcock a mis en place un rigoureux protocole sanitaire pour contrer la propagation de la pandémie. Notamment, il est seulement permis à quelques personnes à la fois de pénétrer dans sa boutique. Cette politique créée de longues files d’attente sur le trottoir.

Les employés demandent aux clients dans la file d’attente ce qu’ils souhaitent acheter. Lorsqu’ils entrent, ils sont immédiatement jumelés avec un vendeur qui maintient une distance de deux mètres. Lorsqu’ils ont terminé, ils sortent par la porte arrière.

Des clients font la file près de cônes orange placés au sol à une distance de 2 mètres l'un de l'autre devant la boutique de vélos.

Des clients font la file à Woodcock Cycle Works.

Photo : Radio-Canada / (Holly Caruk

Ce n’est pas le moment de parcourir [les modèles], dit Dawn Zifarelli, qui a récemment acheté un vélo à sa fille Livia.

Elles ont fait la file pendant près d’une heure et demie samedi matin, mais Mme Zifarelli salue les mesures sanitaires. Elle dit qu’il y avait suffisamment de place dans le magasin pour se tenir à une distance adéquate, et que les vélos qu’essayait sa fille étaient désinfectés avant et après.

Avec les informations de Darren Bernhardt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Consommation