•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un magazine pour expliquer la COVID-19 aux enfants

Un dessin des coronavirus qui attaquent.

Une portion de l'image de une du nouveau magazine

Photo : La Liberté

En pleine pandémie, l'hebdomadaire francophone du Manitoba La Liberté a décidé d’aborder l’information sous un nouvel angle. Ainsi, un magazine illustré pour enfants au sujet de la COVID-19 est désormais disponible en français et en anglais.

Le magazine de 64 pages paraîtra en 20 000 exemplaires et sera disponible en français ou en anglais. Il sera inséré dans La Liberté et le Winnipeg Free Press, et disponible gratuitement sur le site web du magazine. (Nouvelle fenêtre)

C’est un projet qui à la base est né de mon rôle de maman, déclare Sophie Gaulin, directrice et rédactrice en chef de La Liberté. J’étais en pleine COVID-19, comme toutes les mamans de ce monde, en train d’essayer de [donner] à mes enfants de 5 ans et 8 ans les pourquoi et les comment de la COVID-19.

Sophie Gaulin s’est rapidement rendu compte que ses connaissances scientifiques n'étaient pas à la hauteur de la tâche, et que, même en faisant des recherches, elle ne trouvait pas les ressources pour aider ses enfants à comprendre la pandémie.

Elle a donc rassemblé une équipe de chercheurs, d’illustrateurs et de vulgarisateurs, grâce notamment au financement d’une variété de gouvernements et d’organismes, dont le gouvernement du Québec, le Fonds d’appui stratégique aux médias communautaires du gouvernement du Canada, la Société Santé en français et l’Hôpital de Saint-Boniface.

Le magazine, intitulé À l’attaque des coronas, regorge de passages explicatifs et d'illustrations pour permettre aux enfants de comprendre ce que fait un virus, comment fonctionne le système immunitaire ou encore comment un virus se propage.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir
Des images de virus et du texte de magazine.

Extrait d'une page explicative du magazine.

Photo : La Liberté

Le BIOlab jeunesse du centre de recherche de l’Hôpital de Saint-Boniface a accordé deux vulgarisateurs scientifiques à temps plein au projet pendant trois semaines. Ces derniers ont adapté les propos de plus d’une dizaine de chercheurs de l’Université du Manitoba et de l’Hôpital de Saint-Boniface à un jeune public.

Directeur scientifique du projet et chercheur en immunologie à l’Université du Manitoba, Jean-Eric Ghia souligne que la vulgarisation d’informations sur la COVID-19, tout en respectant une certaine rigueur scientifique, était tout un défi.

L’immunologie, c’est la matière la plus compliquée à comprendre en sciences fondamentales. [... À l’université], c’est en fait la matière que personne ne veut prendre parce que c’est très compliqué, poursuit-il.

Donner le goût des sciences

Selon le professeur Ghia, qui est aussi chroniqueur à Radio-Canada, un tel projet a pour vocation de créer de futurs scientifiques. Si on ne leur donne pas le goût très tôt, et ceci d’une manière ludique, on va les perdre. On voit au fur et à mesure avec les années que les étudiants s’écartent des sciences, dit-il.

Quand il y a des étudiants qui arrivent en maîtrise et qui s’inscrivent en médecine, moi je leur demande toujours : qu’est-ce qui vous a donné le goût de la science, pourquoi vous êtes là ? [...] Très souvent, ça remonte très loin, ça remonte à quand ils avaient 7, 8 ou 9 ans et c’est leur premier contact qui les a fait aimer les sciences, ajoute le professeur.

Quant à Sophie Gaulin, rédactrice en chef de l'hebdomadaire, elle souligne que le magazine va encore plus loin. C’est aussi de donner une boîte à outils aux enfants en ce moment pour comprendre pourquoi on leur demande de garder des distances sociales, pas seulement de leur dire qu’il faut faire ceci ou qu’il faut faire cela, dit-elle.

Le but, finalement, de ce magazine, c’est de prendre les enfants pour des êtres intelligents.

Sophie Gaulin, rédactrice en chef de La Liberté

La quatrième de couverture du magazine encourage le lecteur à faire un don à la Fondation de l’Hôpital des enfants de Winnipeg. Une preuve, selon Mme Gaulin, que le magazine est pour les enfants du début à la fin.

Le magazine sera aussi distribué gratuitement en copie électronique dans les réseaux associatifs des journaux au Canada.

Survivre au périple de la chute publicitaire

Partout au Canada, en temps de pandémie, les journaux ont vu chuter leurs revenus publicitaires. Sophie Gaulin estime que La Liberté a perdu environ 50 % des siens.

On a vu des baisses catastrophiques de publicité et je dirais que le rôle que [le livre pour enfants] a joué, c’est que ça a donné du travail à notre équipe, dit-elle.

Ça nous a permis de faire un pont. Est-ce que demain on est sauvés ? Je ne sais pas, parce qu’il faudra que l’activité économique reprenne son cours, mais les six semaines qu’on vient de passer, on les a passées grâce à ce projet, poursuit la rédactrice en chef.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Enfance

Santé