•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Google et Apple rendent disponible leur système de traçage

Les logos d'Apple et de Google, côte-à-côte.

Selon Google et Apple, 22 pays ont demandé à avoir accès à leur application de traçage de contacts contre le coronavirus.

Photo : Apple / Google

Agence France-Presse

Les deux géants numériques ont mis à la disposition des autorités de santé leur solution pour construire une application de traçage de contacts contre le coronavirus.

À partir d'aujourd'hui, notre [...] technologie est disponible pour les agences de santé publique sur iOS et Android, les deux systèmes d'exploitation de téléphones intelligents dominants dans le monde, ont indiqué Google et Apple dans un communiqué commun.

Ce que nous avons construit n'est pas une application, mais plutôt une interface de programmation que les agences de santé pourront intégrer dans leurs propres applications, ont précisé les deux entreprises.

En Europe, les États s'orientent dans leur grande majorité vers une application s'appuyant sur l'outil fourni par Apple et Google. La France et le Royaume-Uni ont toutefois choisi une approche différente, la France expliquant qu'elle souhaitait garder l'entière maîtrise de sa solution de traçage.

Selon Google et Apple, 22 pays sur 5 continents ont demandé à avoir accès à leur interface de programmation, et les entreprises s'attendent à d'autres demandes dans les semaines à venir.

Des conditions d'utilisation à respecter

Inquiets de voir leur solution prise pour un outil de surveillance de masse, les deux géants ont posé plusieurs conditions que les États devront respecter.

Ainsi l'application ne devra être disponible qu'à titre volontaire, et ne devra ni collecter les données de géolocalisation ni donner lieu à une exploitation commerciale.

Une seule agence de santé par région ou par État pourra l'utiliser afin d'éviter qu'il y ait de concurrence d'applications sur un même territoire.

Et il reviendra à chaque personne de décider si elle veut déclarer ou non sa contamination pour avertir les gens qu'elle a croisés.

Apple et Google promettent également de désinstaller leur solution lorsqu'elle ne sera plus nécessaire pour lutter contre le coronavirus.

En revanche, chaque autorité de santé ou État restera libre de faire un certain nombre de choix sur le paramétrage de l'application. Ainsi pourront-ils décider, par exemple, à partir de quelles distance et durée de contact ils évaluent un risque de contamination lorsque deux personnes se croisent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Techno